Mario et Zelda sur l'App Store ? Il ne faudra pas y compter. Selon une officielle de la branche américaine de Nintendo, ces licences sont "les joyaux de la couronne". Pas question, donc, de les partager avec qui que ce soit, surtout à l'heure où Apple s'intéresse au marché du jeu vidéo et des applications mobiles.

Pourrait-on imaginer un jour voir Mario ou Zelda sur l’App Store d’Apple ? À cette question, nos confrères de Gizmodo ont voulu une réponse. Car avec le grand succès que connaissent les plates-formes d’applications d’Apple et de Google, avec l’Android Market pour ce dernier, Nintendo pourrait avoir accès à un tout nouveau marché. Et a priori engranger énormément d’argent.

La réponse, très courte, est sans équivoque. C’est non. La responsable en charge des ventes et du marketing chez Nintendo Amérique, Cammie Dunaway, a ainsi expliqué que « nos propriétés intellectuelles comme Mario ou comme Zelda sont tout de même les joyaux de notre couronne« . Pas question donc de partager le magot avec Apple, dans la mesure où la firme de Cupertino touche un pourcentage sur chaque vente d’applications. Car en effet, qui imaginerait une seule seconde Nintendo proposer gratuitement ses licences sur l’App Store ou l’Android Market ?

D’ailleurs, lorsque la Wii est sortie fin 2006, le directeur exécutif de la firme avait estimé que l’une des fonctionnalités de console permettait justement de fournir peu ou prou le même service que ce que propose. Il s’agit de la Console Virtuelle.

Et puisque l’App Store n’existait pas encore en 2006 (la plate-forme a été lancée mi-2008), c’est avec l’iTunes Store que Satoru Iwata s’est prêté au jeu des comparaisons : la Console Virtuelle est « la version jeu vidéo de la boutique iTunes Store » avait-il lancé lors de la Game Developers Conference de l’époque.

Pour mémoire, la Console Virtuelle est une plate-forme de téléchargements uniquement accessible aux possesseurs d’une Nintendo Wii. Elle permet de récupérer des jeux vidéo sortis sur d’anciennes consoles (comme la NES, la Super Nintendo, la Nintendo 64, mais également d’anciennes consoles concurrentes comme la Megadrive ou la Neo-Geo) et de les émuler pour pouvoir y jouer.

De toute façon, un rapprochement entre Nintendo et Apple n’est vraiment pas à l’ordre du jour en ce moment. Comme nous l’écrivions début avril, l’intérêt croissant d’Apple pour le domaine des applications mobiles et des jeux vidéo va directement à l’encontre des intérêts de la firme japonaise. Si pour l’heure, la menace est lointaine, nul doute que Nintendo n’a aucune envie de donner le moindre coup de pouce à Apple, en lui proposant ses jeux.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés