Le service d'écoute de musique en streaming limitera désormais l'écoute à 5 heures par mois seulement. Au delà, les utilisateurs devront s'abonner aux formules payantes, ou retourner à leurs clients P2P favoris.

C’est fait. Annoncée depuis plusieurs semaines, la nouvelle formule de Deezer est désormais réalité. Le site d’écoute de musique en streaming, qui a fait toute sa notoriété et son succès sur l’accès gratuit aux morceaux de musique, limite désormais l’écoute gratuite à 5 heures par mois seulement. Soit 10 minutes par jour, le temps d’écouter trois chansons. C’est moitié moins que la limitation de 10 heures par mois imposée par Spotify. « Les utilisateurs très actifs seront fortement encouragés à tester les offres d’abonnements illimités (à partir de 4,99 euros par mois)« , estime la nouvelle filiale d’Orange. « Deezer permet d’accompagner progressivement les internautes vers des modèles suffisamment rémunérateurs pour les artistes« , ajoute le communiqué de presse, qui se glorifie de 1,2 millions d’abonnés payants, sans préciser combien sont issus des forfaits Orange.

Ces nouvelles restrictions d’accès sont un aveu d’échec pour le modèle de la gratuité d’accès à la musique, financé par la publicité. Les maisons de disques, qui ont énormément soutenu Deezer – de concert avec le gouvernement – lors des débats sur la loi Hadopi, se sont rendues compte que la rentabilité du service n’était pas au rendez-vous, et ne leur permettrait d’assurer une source confortable de revenus. Ce dont nous avions prévenu il y a déjà cinq ans lors du premier modèle du genre aux USA.

C’est Pascal Nègre, le célèbre patron d’Universal Music France, qui a le premier sonné la charge contre Deezer, en demandant un plafonnement des écoutes. « Quand on voit des gens qui écoutent 35 fois la même chanson, vous vous dites qu’au bout d’un moment, le gars, il faut qu’il aille acheter le titre. […] Quatre écoutes, c’est suffisant pour savoir si on veut acheter un titre« , avait-il déclaré en février dernier. Finalement Deezer n’a pas limité par morceau, mais sur une durée globale d’écoute, réduite à peau de chagrin.

Pour faire passer la pilule, Deezer avance sa nouvelle formule dans une refonte en HTML5 de son site Internet, qu’il assure être désormais « cinq fois plus rapide ». « Cette nouvelle version, intégralement interfacée avec Facebook, permet en exclusivité d’écouter en direct la musique de ses amis« , précise aussi Deezer, qui mise sur les fonctions sociales de son nouveau site pour recruter de nouveaux abonnés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés