Cette semaine, Google a organisé sa conférence annuelle destinée aux développeurs. L'entreprise américaine a concentré ses annonces autour d'Android et de Chrome OS, ses deux systèmes d'exploitation. Le géant américain a également dévoilé deux netbooks dédiés à Chrome OS. Les deux appareils sont disponibles en France à partir du 15 juin.

Tout au long de la semaine, l’actualité a été rythmée par la conférence Google I/O 2011 à San Francisco. Pendant deux jours, la firme de Mountain View a en effet multiplié les annonces dont les plus importantes ont été dédiées à Chrome et Android. Le géant américain a en particulier évoqué Android 3.1, la fragmentation du système d’exploitation et l’arrivée des Chromebooks. L’occasion de faire le point.

Chromebook et Chrome OS

Dévoilé il y a deux ans, Chrome OS va investir le marché des netbooks dès le mois prochain. Google a en effet dévoilé les deux premiers ordinateurs portables qui seront équipés de ce système d’exploitation. Comme attendu, ces deux appareils sont résolument tournés vers le web puisque le système dépend entièrement d’Internet pour fonctionner. Le PC ne devient qu’un simple terminal d’accès aux applications et aux données.

Baptisée Chromebook, la gamme accueille pour le moment un netbook Acer et un netbook Samsung. Sans surprise, les caractéristiques techniques des deux appareils sont sensiblement équivalentes. La diagonale d’écran est de 11,6 pouces pour le Acer et 12,1 pour le Samsung. Le processeur est un Intel Atom double cœur cadencé à 1,6 GHz, tandis que l’autonomie annoncée est de 8,5 heures pour le premier et 6 heures pour le second.

Les deux machines supportent la connexion WiFi double bande et la 3G internationale (en option), proposent une webcam HD avec microphone réducteur de bruit, deux ports USB 2.0, une fente pour une carte mémoire 4 en 1, un clavier complet Google Chrome et un large pavé tactile cliquable. Le Chromebook Acer dispose d’un port HDMI tandis que le Samsung présente un port mini-VGA.

Les deux Chromebooks seront disponibles dès le 15 juin. Sur la page dédiée, Google rappelle que Chrome OS est « entièrement compatible avec Adobe Flash et les dernières normes Web« , bousculant implicitement au passage que son grand rival, Apple, refuse toujours de supporter la technologie développée par Adobe. Google annonce également un démarrage très rapide, en à peine huit secondes.

Android

Dévoilée en mars dernier, la version d’Android pour les tablettes tactiles a reçu sa première mise à jour d’importance. Estampillée 3.1, elle vient compléter le système d’exploitation en apportant un certain nombre de modifications et de nouveautés. On retiendra des révisions au niveau de l’interface utilisateur, un meilleur support pour les périphériques connectés en USB ou encore la possibilité de redimensionner les widgets à l’écran.

Le succès d’Android ne se dément toujours pas, puisque le nombre d’appareils activés a dépassé le cap des 100 millions. Selon la firme américaine, plus de 400 000 appareils sous Android sont activés chaque jour. Du côté des applications mobiles, l’Android Market en regroupe plus de 200 000 (gratuites et payantes). Au total, plus de 4,5 milliards d’applications ont été installées par les utilisateurs.

Officialisé en novembre 2007, Android est désormais disponible sur plus de 310 modèles de téléphone différents. Huit mises à jour ont été publiées, mais les utilisateurs et les fabricants n’ont pas tous avancé au même rythme. La prochaine version d’Android (baptisée Ice Cream Sandwich) aura pour mission de réduire significativement la fragmentation d’Android.

« Notre but avec Ice Cream Sandwich est de fournir un unique système d’exploitation qui fonctionne n’importe où, indépendamment de l’appareil » a expliqué Google sur son blog. Cette annonce a évidemment été accueillie avec satisfaction par la communauté des développeurs, qui n’auront plus à jongler entre la myriade de versions d’Android existantes.

Google Music

L’un des moments forts a été la présentation de Google Music, un service de streaming musical. Pour l’heure réservée aux internautes américains et accessible uniquement sur invitation, la plate-forme pourra stocker jusqu’à 20 000 titres. L’espace de stockage mis à disposition par Google est donc a priori nettement plus important que celui proposé par Amazon avec Cloud Drive et Cloud Player.

Google Music sera accessible sur les appareils mobiles, grâce à une application dédiée. Les musiques, hébergées dans le cloud, pourront ainsi être écoutées depuis n’importe quel appareil mobile grâce à une connexion WiFi ou 3G. Les listes de lecture pourront être synchronisées entre les différents appareils connectés sur le même compte Google Music.

Pressé par Amazon et Apple, Google a toutefois fait le pari de lancer son service de streaming musical sans le concours des ayants droit. Cependant, le service se limite au seul stockage de la musique, faisant l’impasse sur la création d’une boutique en ligne dans laquelle les internautes pourraient acheter des titres. Google laisse cependant la porte ouverte aux négociations dans l’espoir de trouver un accord au plus vite.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés