Des travaux menés en 2009 sur les effets du téléphone portable sur le cerveau humain ont démontré qu'il y a bien une activité cérébrale particulière lorsque l'antenne de l'appareil se trouve à proximité de l'oreille. Néanmoins, les chercheurs ne savent pas exactement quelles en sont les conséquences sur le cerveau.

L’utilisation d’un téléphone portable a bien un impact sur le cerveau humain, mais la nocivité exacte des ondes projetées par l’appareil reste encore incertaine. C’est, ce qu’affirme une étude scientifique menée en 2009 par l’équipe du docteur Nora Volkow et dont les conclusions sont publiées cette semaine par le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Pour démontrer l’effet du téléphone portable sur le cerveau, les chercheurs ont fait appel à 47 volontaires entre le 1er janvier et le 31 décembre 2009 afin de les exposer pendant 50 minutes à l’appareil. Au cours de ces tests, le téléphone a été placé alternativement sur les deux oreilles, en position allumée et en position éteinte. À chaque fois, l’activité du cerveau était suivie grâce à une caméra tomographique à positrons.

Les travaux menés par le docteur Nora Volkow et son équipe ont finalement montré que l’activité cérébrale était bien touchée par l’utilisation des téléphones mobiles. Les chercheurs ont constaté que la région du cerveau la plus proche de l’antenne du téléphone générait davantage de glucose. Les écarts constatés étaient de 7 %, en fonction de l’activité du téléphone.

Cependant, les scientifiques n’ont pas pu déterminer si cette activité nouvelle – qui touche avant tout le cortex orbitofrontal et le pôle temporal du fait de leur proximité avec l’antenne téléphone – avait une quelconque nocivité sur le cerveau de l’homme. Dans ces conditions, les conséquences exactes du téléphone portable sur la santé restent encore floues.

Si les conclusions de cette étude ne tranchent pas la question de la nocivité, d’autres recherches se montrent plus alarmantes. En mai 2010, l’International Journal of Epidemiology avait publié les résultats d’une étude sur les risques des ondes sur la santé. Conduite dans treize pays, l’enquête pilotée par le Centre international de recherche sur le cancer, sous l’égide de l’OMS, avait mis en lumière un risque important.

Le document mettait en lumière les liens entre l’usage du téléphone mobile et le développement de cancers. Le risque de gliome était 40 % plus important et celui de méningiome de 15 % supérieur pour des individus utilisant fréquemment leur téléphone. Néanmoins, les chercheurs n’avaient pas pu établir avec certitude une interprétation causale.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés