Face à d'importantes difficultés dans le secteur de la téléphonie mobile, Nokia et Microsoft pourraient s'allier. Le constructeur finlandais abandonnerait son système d'exploitation mobile, Symbian, au profit de Windows Phone 7. Une alliance qui aurait du sens, mais dont l'efficacité n'est pas démontrée.

Nokia va-t-il abandonner son système d’exploitation mobile au profit de la solution conçue par Microsoft ? Depuis quelques jours, plusieurs analystes cités par le New York Times parient sur un rapprochement significatif dans le domaine de la téléphonie mobile entre la firme de Redmond et le géant finlandais. Le partenariat, s’il se concrétise, aboutirait à des smartphones Nokia propulsés par Windows Phone 7.

Les spéculations sur un rapprochement entre les deux entreprises font suite à la note d’Adnaan Ahmad, un analyste de la banque Berenberg. Le quotidien américain explique que le mémo presse le directeur général de Nokia, Stephen Elop – anciennement directeur du département Business chez Microsoft-, de former une alliance avec le géant américain afin de déployer son nouveau système d’exploitation mobile sur les produits Nokia.

Toujours selon les analystes, Stephen Elop est particulièrement attendu le 11 février prochain. En effet, celui-ci doit faire un discours à Londres devant des investisseurs. D’aucuns pensent que c’est cet évènement qu’a choisi le nouveau directeur de Nokia pour annoncer un partenariat avec Microsoft. L’alliance entre les deux sociétés aurait en tout cas du sens.

En effet, Nokia comme Microsoft connaissent quelques difficultés sur le marché du mobile. Le système d’exploitation Symbian, qui équipe l’essentiel des mobiles Nokia, a vu ses parts de marché fortement reculer depuis quelques années, sous la pression d’Android. Selon l’institut Gartner, la part de Symbian à l’international est passée de 44,6 % au troisième trimestre 2009 à 36,6 % au troisième trimestre 2010.

Plus frappant encore, la part de marché de Symbian était encore de 73,8 % au troisième trimestre 2006. Mais les difficultés de Nokia ne s’arrêtent pas là. Le constructeur doit également composer avec la désaffection d’anciens partenaires. Motorola, LG Electronics, Samsung et Sony Ericsson ont pris leur distance avec la plate-forme Symbian, préférant se tourner vers Android ou un système d’exploitation maison.

De son côté, Microsoft n’a jamais vraiment réussi à s’imposer sur le marché des mobiles. La dernière version de son système d’exploitation, Windows Phone 7, doit pourtant démontrer le contraire. Une tâche difficile, puisque la concurrence s’avère très dure. Depuis le lancement, Microsoft a écoulé plus de deux millions de terminaux équipés de Windows Phone 7. Un démarrage honorable, mais pas suffisant.

Mais si un tel rapprochement a visiblement du sens, rien n’indique cependant qu’il sera efficace s’il a effectivement lieu.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés