Le succès d'Android ne se dément pas. Au troisième trimestre 2010, les ventes mondiales du système d'exploitation soutenu par Google ont même dépassé celles de l'iPhone, d'après les conclusions d'une enquête menée par Gartner.

Les rôles sont en passe d’être définitivement inversés. Selon la dernière enquête de l’institut Gartner, les ventes mondiales de téléphones mobiles sous Android ont dépassé celles de l’iPhone au cours du troisième trimestre 2010. Le système d’exploitation Android est devenu au cours de cette période la deuxième plate-forme mobile la plus populaire au monde, derrière Nokia avec son Symbian.

Dans le détail, la part de marché d’Android représente désormais 25,5 %. Son grand rival, l’iOS d’Apple, est loin derrière avec 16,7 %. Symbian conserve toujours la première place, avec 36,6 % de parts de marché. RIM, la société à l’origine des Blackberry, se situe à 14,8 %. Par rapport au troisième trimestre 2009, toutes les parts de marché ont reculé, sauf celle d’Android, qui a véritablement explosé en passant de 3,5 % à 25,5 %.

Ces résultats sont-ils étonnants pour autant ? Dès 2009, certains cabinets d’analyses comme Gartner ont annoncé que la plate-forme mobile développée par Google à travers l’Open Handset Alliance allait connaître une progression fulgurante. À l’époque, l’institut américain avait estimé que le croisement des courbes d’Android et de l’iOS allait se produire en 2012. Visiblement, Android est en avance sur le calendrier.

Contrairement à Apple qui préfère maintenir son système d’exploitation dans un environnement fermé, Google a fait le choix inverse. Si l’iOS se limite aux produits mobiles de la firme de Cupertino, Android se déploie sur un maximum de terminaux. De nombreux constructeurs ne renâclent d’ailleurs pas à utiliser Android, s’épargnant ainsi le développement d’un système d’exploitation ou l’utilisation d’un O.S. propriétaire.

Tout au long de l’année, les études et les enquêtes soulignant le succès d’Android se sont multipliées. Lorsque plusieurs rapports ont conclu qu’Android avait doublé l’iPhone aux États-Unis, Apple avait cherché à minimiser l’évènement. « C’est une étude très limitée sur 150 000 clients américains […] et ça ne prend pas en compte les clients des iPhone et des iPod Touch dans le monde entier« .

Si Apple a peut-être perdu une bataille symbolique en se faisant doubler par son rival Google, la firme de Cupertino ne souffrira pas nécessairement de cette inversion des rôles. Si comme toutes les entreprises, Apple souhaite disposer de la plus grosse part de marché, son objectif est surtout de solidifier un marché de niche où la firme pourra agir à sa guise.

De cette façon, Apple cherche à offrir une image sécurisante, où les utilisateurs ne sont pas noyés sous une pléthore de terminaux différents ou de versions d’Android différentes. Le constructeur américain renouvelle chaque année son unique téléphone, offrant ainsi à sa clientèle conquise une image de stabilité et de simplicité.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés