Quatre associations japonaises liées au secteur de l'édition ont critiqué Apple pour son manque de rigueur dans la protection des droits d'auteur. En effet, l'App Store regorge d'applications violant leurs droits. Si Apple intervient a posteriori, les quatre associations nippones souhaiteraient un contrôle plus strict en amont.

Ce n’est pas une nouveauté, les règles de publication sur l’App Store ne sont pas réputées pour être parmi les plus souples. La firme de Cupertino a essuyé de nombreuses critiques pour avoir endossé le rôle de censeur de la morale publique, juge de l’utilité des logiciels et contrôleur de la ligne éditoriale des magazines. Une rigidité dans le filtrage qui a parfois conduit au sur-blocage d’applications.

Mais s’il est facile pour Apple de vérifier si les applications envoyées respectent son puritanisme, l’entreprise américaine a évidemment beaucoup plus de mal à savoir si tous les contenus que sa plate-forme reçoit chaque jour respectent bien la propriété intellectuelle des ayants droit. Bien souvent, la firme de Cupertino doit procéder à une intervention a posteriori pour faire respecter les droits d’auteur.

C’est ce qu’a dû faire récemment Apple suite aux protestations de quatre associations japonaises ?uvrant dans le domaine de l’édition. La Japan Book Publishers Association, la Japan Magazine Publishers Association, l’Electronic Book Publishers Association of Japan et la Digital Comic Association ont publié un communiqué dans lequel elles reprochent à la branche japonaise d’Apple de distribuer du contenu violant leurs droits.

« Nous n’avons pas d’autres choix que de considérer qu’il est illégal qu’Apple distribue des contenus qui violent clairement la propriété intellectuelle. Certains ouvrages ont été supprimés suites aux requêtes d’auteurs et d’éditeurs, mais une majorité d’entre eux continue d’être distribuée illégalement » est-il écrit. « Nous demandons fermement à Apple de prendre des mesures responsables« .

Selon l’AFP et la presse japonaise, des œuvres d’auteurs comme Haruki Murakami, Keigo Higashino et Kenzaburo Oe (prix Nobel de littérature en 1994) sont concernées par cette affaire. Apple Japon a de son côté réagi en indiquant « comprendre complètement l’importance de la propriété intellectuelle« , ajoutant que la société « répondra promptement et de manière appropriée aux plaintes liées aux infractions du droit d’auteur« .

( photo : CC BY-NC-ND massdistraction )

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés