Le magazine américain Esquire aurait décidé de soumettre une version censurée de son numéro de novembre à Apple, après quatre semaines à attendre, en vain, que la firme accepte d'en publier l'édition iPad sur l'App Store.

Un organe de presse doit-il sacrifier la liberté d’expression de ses rédactions pour se donner une chance de vendre des magazines ou des journaux sur l’App Store ? La question n’est pas nouvelle, mais elle est appelée à prendre de plus en plus d’importance à mesure que les éditeurs comprendront qu’en se rendant économiquement dépendants d’Apple pour la distribution de leurs publications, ils se rendent aussi dépendants pour leur contenu. Charlie-Hebdo est l’un des rares en France à l’avoir compris, en refusant de créer une version pour iPad de son journal. Les autres pourraient s’inquiéter en voyant l’exemple du magazine américain Esquire.

Le site Mashable raconte ainsi que l’édition du mois de novembre du magazine, sorti dans les kiosques à la mi-octobre, n’est toujours pas disponible sur l’App Store, quatre semaines après avoir été soumis à Apple pour vérification. La version iPad d’Esquire est retenue par la firme de Cupertino, qui n’a pas livré la moindre explication à l’éditeur. Mais selon Mashable, qui cite une source proche du dossier, c’est le contenu du numéro d’octobre qui serait trop osé pour passer le filtre puritain des censeurs d’Apple.

Le numéro en cause est consacré à Minka Kelly, qualifié par le magazine de « femme vivante la plus sexy » au monde. La couverture montre son ventre jusqu’à la poitrine, couverte par un t-shirt, mais c’est une vidéo de Minka Kelly (voir ci-dessous) qui pourrait être à l’origine de la censure. La version iPad propose en effet une version enrichie du magazine papier, avec des contenus multimédia. Lesquels sont scrutés par Apple, qui ne veut rien laisser passer qui pourrait choquer les bonnes familles. Même lorsqu’il s’agit de contenus attendus sur un magazine masculin, qui fait une large place aux jolies femmes légèrement vêtues dans ses pages intérieures.

Sans attendre les explications d’Apple, Esquire a décidé de modifier le contenu du numéro de novembre, et a soumis la version révisée à un nouveau contrôle des équipes de l’App Store. Les prochains seront très probablement auto-censurés d’office.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés