Las de se faire marcher sur les pieds ? À l'occasion de la sortie prochaine de Windows 7, le nouveau système d'exploitation de Microsoft, la firme de Redmond a commencé à aiguiser son argumentation pour contrer d'éventuels acheteurs intéressés par la concurrence, comme les distributions Linux ou les solutions Apple. Après s'être tapé la communauté du libre, Microsoft est bien décidé à croquer dans la pomme d'Apple...

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Microsoft compte bien frapper un grand coup avec son prochain système d’exploitation, Windows Seven. Bien qu’étant encore très largement ultra-dominant dans l’univers des systèmes d’exploitation sur ordinateur, le géant de Redmond se méfie de la popularité croissante de ces deux principaux rivaux. Certes, leur part de marché reste encore bien faible en comparaison de l’immense territoire possédé par Microsoft. Mais le semi-échec de Vista et les nombreuses critiques portées régulièrement à l’encontre des solutions Microsoft ont conduit l’entreprise a joué la carte de la prudence. Désormais, il faut avoir une parade pour chaque argument.

Pour atteindre cet objectif, Microsoft a donc revu sa stratégie commerciale pour Windows Seven. Au lieu de se concentrer uniquement sur les atouts de ce nouveau produit, l’entreprise américaine a décidé de se mesurer à la concurrence. Hier, nous avions ainsi publié dans nos colonnes quelques captures d’écran d’un guide à destination des vendeurs de la chaine américaine Best Buy. L’objectif était de fournir un argumentaire solide contre un acheteur potentiel intéressé davantage par une distribution Linux. Selon la firme de Redmond, le système libre serait moins sûr, plus difficile d’utilisation et moins riche en fonctionnalités que Windows. Rien que ça.

Et parce que Microsoft est bien décidé à frapper tous azimuts, c’est au tour des Mac d’en prendre pour leur grade. Comme pour l’OS libre, Microsoft a conçu un bref guide censé repérer les points-clés des éternels débats Windows vs. Mac, en expliquant à chaque fois pourquoi Microsoft reste définitivement au-dessus de la concurrence. Ainsi, il serait possible d’économiser pas moins de 300 dollars (environ 206 euros) pour une solution Windows. Une économie particulièrement bienvenue note le document, puisque cela pourra permettre au vendeur d’aiguiller le client vers d’autres « solutions et services payants« …

À titre d’exemple, le guide indique que Windows Live qui est un panel de différents services (Messenger, Mail, Writer, Photo Gallery, Movie Maker ou encore Family Safety) est gratuit, contrairement à la solution MobileMe facturée 99 dollars par an. Une comparaison d’ailleurs que réfute AppleInsider, puisque les services proposés par Apple seraient beaucoup plus vastes et fonctionnels que les outils Microsoft. En clair, « avec un Mac, vos clients ont des choix plus limités« .

De façon plus générale, Windows semble gagner sur tous les tableaux : compatible avec une large gamme de matériels, davantage personnalisable, plus de choix logiciel, plus de jeux, plus accessible… comme si la concurrence allait être tout bonnement balayée. En fait, à la dernière page, on se rallierait presque à l’enthousiasme de Microsoft qui affirme réaliser un grand chelem avec son nouveau système d’exploitation.

Bien entendu, si la réalité est relativement différente de ce guide un tantinet altéré par les lois du marketing, il faut reconnaitre que sur certains points, Microsoft mène la course. Ainsi, sur le top 25 des ventes de jeux vidéo, seuls 12 titres ont été portés sur Mac. Est-ce peu, est-ce beaucoup, chacun se déterminera, mais rappelons tout de même qu’Apple n’occupe que 10 % du parc informatique.

Même constat dans le domaine logiciel, où Microsoft affirme disposer d’une logithèque bien plus fournie que la plate-forme Apple. Pourtant, comme le souligne MacGeneration, le comparatif est biaisé : d’emblée, les logiciels exclusifs Mac ont été exclus, faussant grandement les chiffres. Ce n’est donc guère révélateur de l’état du marché, même si dans l’ensemble la logithèque sur les plates-formes Windows est globalement plus riche.

Au final, cet « argumentaire » maison n’est pas vraiment étonnant, puisqu’il répond surtout à d’autres priorités, notamment commerciales. L’objectif est surtout de confirmer les bonnes opinions sur Seven. En effet, les internautes ayant pu découvrir l’OS en version beta ont dans l’ensemble été agréablement surpris des progrès effectués par la firme de Redmond depuis Vista. Pour Microsoft, il ne s’agirait pas de s’arrêter en si bon chemin, quitte à prendre quelques dispositions avec la réalité… et remettre au goût du jour les débats trollesques sur les forums.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés