Alors que l'appel d'offres a été lancé samedi dernier, Free a officialisé ses intentions en se portant candidat pour la quatrième licence mobile 3G. Pour plusieurs analystes, Free est le mieux placé pour remporter cette licence, bien que la concurrence va certainement réagir dans les prochaines semaines.

La course pour obtenir la 4e licence de téléphonie mobile 3G est donc bel et bien lancée. Profitant de la publication de son dernier bilan financier, Iliad, la maison-mère de Free, a officialisé sa candidature pour remporter l’appel d’offres chapeauté par l’ARCEP. Dans un communiqué, la société déclare :

« Iliad se réjouit de l’ouverture de l’appel à candidatures pour la 4ème licence de téléphonie mobile. Iliad sera candidat à l’attribution de cette licence. Le marché de la téléphonie mobile en France avec ses 22 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel constitue un relais de croissance supplémentaire pour Iliad. L’entrée sur ce marché s’inscrirait dans la stratégie industrielle du Groupe : Iliad entend s’appuyer sur sa marque Free, son réseau de dernière génération, ses capacités d’innovation, son savoir-faire commercial et sa base de 4.4 millions d’abonnés (soit environ 10 millions d’utilisateurs) pour développer des offres innovantes à des prix attractifs ».

Maintenant, Iliad va devoir monter un dossier solide s’il veut espérer rentrer sur le marché très lucratif de la téléphonie mobile. Rappelons par ailleurs que l’ARCEP a posé des exigences très strictes sur les engagements des différents candidats : ils seront tenus de respecter leurs promesses et devront les transformer en obligations. Parmi les critères de sélection se trouvent ainsi :

  • la cohérence et la crédibilité du projet ;
  • les offres de services et les offres tarifaires ;
  • la couverture du territoire : ampleur et rapidité de déploiement du réseau ;
  • la cohérence et la crédibilité du plan d’affaires ;
  • la qualité de service ;
  • les relations avec les fournisseurs de services ;
  • les relations avec les consommateurs ;
  • les actions visant à préserver l’environnement ;
  • l’emploi.

Si d’autres candidats vont très certainement se manifester dans les jours et les semaines qui suivent, pour Philippe Torres, directeur d’études pour l’Atelier BNP Paribas, « à 90 %, c’est Free qui emportera le morceau« . Dans un papier publié sur ZDNet, Philippe Torres a estimé qu' »Iliad est celui qui se porte le mieux, celui qui gagne de l’argent. Logique donc qu’il soit le préféré de l’Arcep ».

Il faut en effet un acteur qui soit capable de déployer du réseau et d’investir de façon massive en infrastructure. Free semble avoir les moyens et surtout, ils ont la culture du réseau, un atout très important face à d’autres candidatures. Par contre, l’expérience mobile ne s’apprend pas du jour au lendemain. », a-t-il ajouté.

Même son de cloche pour Ronan de Renesse, Senior Analyst Head of Mobile Media pour Screen Digest : « les autres candidatures éventuelles (Virgin, Numericable, Orascom, Kertel) ont peu de chances de réussir, surtout si ces acteurs se lancent seuls« .

En revanche, sur la compétitivité-prix, Thomas Husson, de Forrester, et Philippe Torres sont plus réservés. L’un et l’autre estiment qu’ils ne vont pas tout de suite attaquer sur les prix, mais se concentrer sur les offres. « Ils peuvent jouer sur deux tableaux, celui des prix et celui des offres pour séduire leur base de clients. Mais ils ne se lanceront pas dans une guerre des prix immédiatement. Le défi est d’abord de convertir une part importante de leur parc avec une offre novatrice » commente ainsi le premier.

« L’innovation fait partie de leur ADN, on peut leur faire confiance pour dynamiser l’offre. Mais lancer une guerre des prix me paraît difficilement faisable à long terme. Je pense que Free se démarquera d’abord et avant tout à travers de nouvelles offres novatrices. Inutile de diviser les prix par deux pour dynamiser le marché » conclut le second.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés