C’est une affaire classique de violation de droit d’auteur, dans laquelle Apple est toutefois obligée de se faire arbitre avant le juge. Hottrix, une petite société américaine qui développe des applications visuelles pour les appareils mobiles, a porté plainte contre le brasseur de bières Coors, à qui il reproche d’avoir volé l’idée de son logiciel iBeer. L’application concurrente iPint de Coors est en effet apparue le même jour que iBeer sur l’App Store, et utilise elle aussi l’accéléromètre de l’iPhone pour afficher l’image d’un verre de bière qui se vide lorsque l’on penche le téléphone (à propos, en quoi est-ce plus utile qu’un simulateur de pets ?). A la différence près que iBeer coûte 3 $ à télécharger, alors que iPint est gratuit et sert uniquement de support publicitaire pour Coors. Hattrix, qui s’estime lésé, réclame à Coors 12,5 millions de dollars de dommages et intérêts.

Il aurait pu s’agir d’une simple coïncidence, mais Hattrix avance à raison qu’une vidéo montrant le principe de iBeer avait été diffusée sur YouTube dès le mois d’août 2007. Il estime donc que Coors a flairé la bonne idée et a repris strictement la même mise en forme des idées, ce qui constituerait bien une contrefaçon au regard du droit d’auteur (contrairement à l’affaire Tetris, où la mise en forme de Shaker était très différente du Tetris original). L’éditeur de iBeer a donc une réelle chance de victoire devant les tribunaux.

Mais avant toute décision de justice, qui décidera si oui ou non iPint viole effectivement les droits de iBeer, Apple est contraint de prendre position contre l’un ou l’autre de ses clients.

Parce que c’est lui qui contrôle les applications disponibles sur l’App Store, et parce qu’il peut donc être accusé de complicité de contrefaçon, Hottrix a demandé à Apple de déréférencer iPint de sa boutique. La firme de Cupertino s’est exécutée, uniquement pour les Etats-Unis. Les App Store des autres pays proposent toujours l’application gratuite en téléchargement, qui soit-dit en passant est mieux réalisée que l’application payante.

Si jamais Coors obtenait finalement gain de cause contre Hottrix, Coors portera-t-il plainte contre Apple pour le préjudice subi ?

Par ailleurs, toujours à propos d’iPint, on s’amusera de constater que l’application iPint référencée en France sur l’App Store est…. interdite aux moins de 17 ans. A croire que l’abus d’alcool virtuel est dangereux pour la santé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés