Comme nous l’annoncions au début de la semaine, Google a bien lancé son service de recherche de MP3 en Chine, pour tenter de concurrencer l’avance considérable prise par son concurrent Baidu. Mais loin d’imiter la formule gagnante du leader, qui lui a valu quelques procès, Google joue la carte de la prudence et s’est associé en exclusivité à une plateforme de musique en ligne existante, Top100.cn, pour fournir ses résultats et les services associés.

Ainsi, les morceaux trouvés sur www.google.cn/music peuvent être écoutés en streaming ou téléchargés gratuitement et sans DRM, grâce à un financement publicitaire. Il est également possible de consulter les paroles des chansons, ou d’acheter une ringback tone (sonnerie d’attente), en partenariat avec l’opérateur China Mobile. Mais au delà du catalogue de Top100.cn, point de salut. C’est le premier impair au principe d’universalité de Google, qui a fondé sa réputation sur sa capacité à rechercher tous les contenus sans discriminiation entre les sources.

Deuxième impair, le service n’est accessible que depuis la Chine. Un message en chinois prévient les étrangers qu’ils ne peuvent pas utiliser le moteur de recherche musical mis en place par Google. A notre connaissance, c’est la première fois dans l’histoire de Google que la firme de Mountain View lance un service en limitant son accès à un pays. Il y a bien quelques services qui ne sont utiles qu’aux Etats-Unis, ou quelques précédents de blocages géolocalisés sur YouTube, mais rien d’aussi radical.

Espérons qu’il ne s’agisse pas d’un tournant dans la politique de Google, qui a toujours semblé favoriser la neutralité du net et l’universalité de l’accès aux services, quel que soit l’endroit du monde.

Google Music Search Home Page

source : Music 2.0

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés