Depuis cinq ans, l’association MO5.com s’attache à préserver le « patrimoine informatique et vidéoludique », en collectant et en restaurant des milliers d’ordinateurs, consoles de jeux, périphériques, livres, magazines, cartouches, disquettes, cassettes et autres supports de jeux vidéo. Avec une cinquantaine de spécialistes, dont son fondateur Philippe Dubois qui a commencé il y a plus de 10 ans, elle a déjà réuni plus de 1200 ordinateurs et consoles, et référence sur son site plus de 1300 modèles de machines, 1900 éditeurs, 16.270 logiciels et 709 collections privées.

Son travail est reconnu internationalement, notamment grâce aux 16 expositions qu’elle a déjà organisé par exemple à l’occasion du Festival du Jeu vidéo, à la Villette Numérique, au Japan Expo ou à Polymanga. Il ne s’agit pas encore à proprement parler d’un musée, mais les conservateurs de l’association suivent les standards des musées nationaux, dans l’objectif d’ouvrir un jour un véritable musée.

Pour le moment, tout est stocké dans des locaux municipaux de 450 mâ², mais l’association nous informe que le conseil général de Seine Saint-Denis souhaite récupérer les locaux pour les rénover, sans qu’aucune solution de rechange ne soit proposée. « Si l’on ne fait rien, ce sont des milliers de pièces, livres, magazines, logiciels, machines qui risquent d’être destinées à la destruction, ce qui représenterait un manque patrimonial majeur au niveau national« , s’inquiète Naïm Benhaj, responsable de communication Internet et Evénement.

« Nous avons déjà engagé des actions de communication et de rapprochement auprès des personnes compétentes dans le département Seine Saint-Denis pour défendre notre cause, et leur demander plutôt que d’être expulsés des mêmes espaces que nous avons pris soin de rénover, qu’ils nous offrent un espace de stockage de remplacement et nous aide à effectuer la transition. Mais jusqu’à présent, aucune réponse favorable.« 

« Nous effectuons également en ce moment même un rapprochement avec la mairie du 11ème afin de pouvoir re-intégrer Paris, mais l’échéancier sera vraisemblablement trop court pour nous permettre de nous appuyer uniquement sur cette hypothétique solution.« 

L’Association en appelle donc à la solidarité des internautes, et cherche un appui ou des contacts pour trouver une issue favorable à sa mise à mort programmée. Les lecteurs qui souhaitent faire quelque chose peuvent contacter l’association MO5 à travers son site.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés