Deux mois après la démission de l'ancien PDG, le conseil d'administration d'Uber semble avoir trouvé un candidat : le patron du géant du VTC sera Dara Khosrowshahi, l'actuel PDG d'Expedia, selon la presse américaine.

Les manigances de Travis Kalanick pour revenir à la tête d’Uber — ou à défaut obtenir un poste opérationnel — n’auront finalement rien donné : la presse américaine rapporte en effet que le conseil d’administration a désigné Dara Khosrowshahi pour diriger le géant mondial du VTC. L’annonce de cette nomination devrait officiellement avoir lieu dans les jours à venir.

dara-khosrowshahi
Dara Khosrowshahi.
CC Phocuswright

Âgé de 48 ans, Dara Khosrowshahi a commencé sa carrière dans la finance au sein de la banque d’investissement Allen & Company. Mais c’est surtout comme patron d’Expedia, une entreprise spécialisée dans le tourisme avec des sites de réservations de voyage, que l’intéressé est connu : il dirige ce groupe depuis 2005 et des documents financiers notent qu’il est censé rester aux affaires jusqu’en 2020.

La nomination de Dara Khosrowshahi clôt ainsi le chapitre de la difficile succession de Travis Kalanick, qui a été poussé à la démission de son poste de PDG en juin par les actionnaires et qui était accusé d’intriguer en coulisses pour revenir au centre du jeu. Des qui ont fini par déclencher une crise avec une partie du conseil d’administration et des actionnaires. Et une plainte.

L’éjection de Travis Kalanick a été motivée par son incapacité à sortir Uber de la série de controverses et de scandales qui l’a frappée ces derniers mois : sexisme dans la société, agressions sexuelles par des conducteurs, harcèlements en interne, utilisation d’un programme d’espionnage visant un rival, conflit judiciaire avec Google sur fond de vol de technologie et refus de se plier à la réglementation.

Voilà donc les dossiers qui attendent Dara Khosrowshahi, dont les chances paraissaient minces face aux deux autres candidats finalistes retenus par le conseil d’administration.

Choix par défaut ?

Selon des sources proches du dossier interrogées par la presse, Travis Kalanick essayait de faire nommer Jeffrey R. Immelt, l’ancien PDG de General Electric, tandis qu’un investisseur ouvertement hostile aux agissements et à l’attitude de l’ancien patron d’Uber, le fonds de capital-risque Benchmark Capital, Meg Whitman, qui a dirigé eBay et se trouve en charge de HP Entreprise.

Il semble que Dara Khosrowshahi représentait une opportunité de consensus entre les deux parties, chacune ne voulant manifestement pas retirer son candidat au profit de celui du camp d’en face. Il était de toute façon temps qu’ils se mettent d’accord, dans la mesure où la démission de Travis Kalanick remonte déjà à deux mois. L’entreprise ne pouvait plus guère se contenter d’expédier les affaires courantes.

Uber a du pain sur la planche.

Partager sur les réseaux sociaux