Apple Pay, le service de paiement mobile d'Apple, n'a pas le succès escompté. Mais la firme travaillerait selon des analystes sur des nouvelles fonctionnalités qui pourrait lui donner un coup de boost

Apple Pay, le système de paiement mobile lancé en octobre 2014 aux US et plus récemment en Angleterre est pour l’instant inédit dans de nombreuses contrées, dont la nôtre. Le service n’est pas ce que l’on pourrait appeler un succès tant son adoption semble problématique.

Ça coince

On sait qu’Apple a beaucoup de mal à gagner l’adhésion des banques et des consommateurs. Le cabinet Phoenix Marketing International annonçait que seuls 14 % des possesseurs de carte avaient signé pour Apple Pay, un chiffre déjà bas, et qui ne tient pas compte des personnes qui se sont inscrites mais n’utilisent pas le service. Selon le cabinet, ce chiffre pourrait s’expliquer par le fait que les consommateurs ne trouvent pas d’intérêt au service par rapport aux cartes de crédit traditionnelles.

Tim Cook amorce un timide facepalm
Tim Cook, inquiet, amorce un timide facepalm

Mais une autre explication a été fournie par la banque d’investissement Piper Jaffray qui affirme dans une note à ses clients que seuls 10 % à 20 % des commerces utilisent Apple Pay. La banque, qui avait maintenu une estimation surpondérée de l’action Apple à 179 $ (on rappelle que l’action Apple est sur un trend à la baisse au NASDAQ à 96,30 $) se veut pourtant optimiste :

« Nous pensons que 2016 sera l’année des nouveautés pour Apple Pay. Nous pensons qu’Apple va introduire deux nouvelles fonctionnalités cette année, le paiement de pair à pair (comme cela a été reporté par le Wall Street Journal) et les paiements mobiles via le navigateur » a déclaré Gene Munster, analyste à Piper Jaffray, pour qui ces nouveautés vont doper l’usage d’Apple Pay en 2017.

Une situation qui peut s’améliorer

Le Wall Street Journal avait en effet publié un papier en novembre dernier qui affirmait qu’Apple était en discussion avec certaines banques américaines pour son système de paiement entre particuliers. Celui-ci, s’il venait à être mis en place, devrait être beaucoup moins contraignant pour les banques qui ne seraient pas facturées par Apple pour les transactions.

Tim Cook assurait déjà que 2015 « serait l’année d’Apple Pay  » mais il faudrait donc, selon l’analyste, attendre 2017 pour voir une adoption de masse. On ne sait toujours pas quand Apple Pay va arriver en France mais on sait que Square, (l’entreprise spécialisée dans le paiement mobile qui était suspectée d’être rachetée par Apple) prévoit d’intégrer Apple Pay dans son lecteur de cartes de paiement qu’elle compte déployer à l’international. Si la solution de Square trouve sa place dans de nombreux commerces indépendants, il se pourrait que le système de paiement d’Apple reçoive un petit coup de boost.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés