En offrant la recharge aux heures creuses sur certains superchargeurs de Californie, Tesla a trouvé une manière d’inciter les conducteurs à anticiper leurs déplacements de Thanksgiving. L'objectif de la société est de réduire la saturation des infrastructures de recharge, lors des grands chassés croisés.

Aux États-Unis, la période de Thanksgiving offre tous les ans des images impressionnantes de congestion du trafic routier, en particulier dans les environs de Los Angeles. Avec la multiplication des voitures électriques, cela amène aussi son lot de vidéos de files d’attente interminables aux stations de recharge. Pour tenter de résoudre cet épineux problème, Tesla met en place la gratuité des charges sur certaines plages horaires.

L’initiative de Tesla en Californie

Sur le site de Tesla, on trouve ce message « Évitez la cohue pendant les vacances de Thanksgiving et rechargez gratuitement pendant les heures creuses aux Superchargers le long de certains itinéraires californiens.  » S’en suit une liste de 39 superchargeurs, répartis dans l’état de Californie, où l’offre de gratuité est valable, ainsi que les dates et horaires de l’opération.

L’objectif est d’inviter les automobilistes à privilégier les heures creuses pour prendre la route, mais aussi pour recharger leur véhicule sur leur long trajet. Cette expérimentation se tient du 24 au 28 novembre 2021 (Thanksgiving ayant lieu le jeudi 25 novembre). La gratuité est alors valable sur les charges faites avant 10 h du matin ou après 19 h le soir. En journée, le coût de la charge revient à la tarification habituelle.

Tesla invite aussi ses clients à bien penser à activer la navigation pour que la batterie soit préconditionnée à l’approche de la station de charge, favorisant ainsi le temps et taux de charge sur la borne. C’est une manière de libérer plus rapidement une borne de charge pour le prochain utilisateur.

La Norvège l’a expérimenté l’hiver dernier

Le principe avait déjà été testé en Norvège l’hiver dernier. En tant que marché leader sur le véhicule électrique, la Norvège est, il est vrai, un bon terrain d’expérimentation. Le pays n’a pas exactement les mêmes problématiques que la Californie : en été, 98.3 % des conducteurs de Tesla ont attendu moins de 10 minutes pour se brancher, selon le représentant de la marque en Norvège. Tesla avait toutefois remarqué une hausse du temps d’attente lors des départs en vacances de la période hivernale, d’où l’expérimentation lancée dans ce pays, ainsi qu’en Suède.

Un superchargeur de Tesla // Source : Wikimedia Commons

La combinaison des départs en vacances et des températures glaciales augmentent la sollicitation des infrastructures de charge, surtout les vendredis et les lundis (week-ends prolongés) dans le cas de la Norvège. Alors Tesla avait décidé de proposer un tarif réduit sur les charges réalisées le samedi pendant 3 week-ends ciblés de cet hiver 2021. Tesla a ainsi passé le tarif de 2.57 NOK/kWh à  1.29 NOK/kWh (approximativement de 0.25 € à 0.13 €/kWh) pour les recharges faites à ce moment-là.

« Ce test fait partie d’un projet plus vaste qui examine comment le prix peut être utilisé pour encourager nos clients à mieux utiliser la capacité du Superchargeur. La Norvège et la Suède sont les premiers marchés en Europe où de tels tests sont réalisés », avait déclaré Even Sandvold Roland, senior communications manager for Tesla in Norway.

Une solution envisageable en France ?

Nous ne sommes ni aux US, ni en Norvège, mais nous aussi, on aimerait bien des ristournes sur la recharge lors des grands chassés-croisés. Est-ce envisageable ?

superchargeur
Superchargeur // Source : Tesla

Tesla France nous a indiqué monitorer précisément les points de charge. L’objectif de la marque est d’offrir un niveau de service constant à ses utilisateurs. La marque connaît donc les points de tension, les périodes les plus critiques, les temps d’attente et peut adapter son service de charge en conséquence. Techniquement, rien n’empêche la marque de proposer 50 % de réduction sur la charge pour les utilisateurs se branchant le vendredi, plutôt que pendant les week-ends de grands départs (ou sur les heures creuses comme en Californie). Mais il faudrait pour cela que le réseau montre un certain niveau de saturation pour que la mesure ait un réel impact. On ne semble pas en être à ce stade pour l’heure, sauf dans quelques rares zones de tension.

Pour le moment, Tesla ne se sert des données de ses points de charge pour développer de nouvelles stations, ou multiplier le nombre de bornes de charge sur les stations existantes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo