Tesla améliore encore son système de surveillance, prévu pour observer le comportement des conducteurs quand ils utilisent l'Autopilot. Désormais, l'attention portée à la route devra être totale, si on en croit les premiers retours.

En mai dernier, Tesla offrait enfin une utilité à la caméra installée à bord de ses voitures — un équipement qui était longtemps resté un mystère. Désormais, elle est capable de surveiller l’attention du conducteur, quand il fait appel à l’Autopilot. Cette fonctionnalité, pensée pour accroître la sécurité et éviter les abus, a été améliorée selon les informations de Teslarati publiées le 1er septembre. Aux États-Unis, elle est désormais à disposition de davantage de voitures moins récentes. En cas de mauvais comportements, le conducteur recevra une alerte sonore.

Et Tesla a visiblement opté pour une approche très stricte, d’après les premiers retours des utilisateurs. « Ça marche aussi quand on attend à un feu rouge. J’ai simplement jeté un coup d’œil à mon téléphone qui était sur le tapis à induction, et j’ai eu l’alerte  », témoigne par exemple Jayanth Ramachandran dans un tweet. Il applaudit néanmoins le travail de Tesla, avec une technologie capable de capter le moindre écart et d’alerter en conséquence. On le précise : cette surveillance n’est activée que lorsque l’Autopilot engagé.

Autopilote Tesla // Source : Capture du 1er mars 2019

Pourquoi Tesla est obligé d’améliorer la surveillance à bord

Il y a deux conclusions à tirer de ces premiers retours.

  • D’un côté, on constate que Tesla a mis au point une surveillance efficace, susceptible de sanctionner les abus derrière le volant quand on laisse l’Autopilot prendre le dessus.
  • De l’autre, on peut toutefois se demander si elle ne va pas un peu trop loin. Quand la voiture est arrêtée, on devrait pouvoir momentanément quitter les yeux de la route, sans être surpris par un bip. Tout porte à croire que le constructeur devrait encore peaufiner la technologie pour qu’elle réagisse mieux en fonction des situations et fasse montre de davantage de souplesse. Comme ce système est assuré par un réseau neuronal, il ne fera que s’améliorer avec le temps.

À l’origine, cette caméra intérieure, d’abord apparue sur la Model 3 et longtemps inutilisée, devait être activée au moment où un propriétaire pourra mettre sa voiture à disposition des autres pour gagner un peu d’argent. La caméra permettrait alors de surveiller celles et ceux qui profitent de ce service à la AirBnB, dans le but d’éviter les détériorations.

Mais l’actualité récente autour de l’Autopilot, lié à plusieurs accidents plus ou moins graves et visé par une enquête des organismes routiers américains, a poussé Tesla à faire évoluer ses outils de surveillance quand l’intelligence artificielle opère. Jusqu’à il y a quelques mois, le constructeur s’assurait simplement que les mains étaient toujours sur le volant. Un premier volet qui s’est révélé faillible, car facile à détourner (il existe même des objets qui appliquent une pression suffisante pour faire croire qu’on a les mains sur le volant). Sur le papier, une caméra peut assurer une meilleure surveillance, ce qui ne veut pas dire qu’elle doit nous empêcher de vivre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo