Une enquête sur l'Autopilot de Tesla a été ouverte aux États-Unis par le département chargé de la sécurité routière. Elle cite 11 incidents lors desquels des Tesla sont entrées en collision avec des véhicules de secours.

Tesla est sous le coup d’une enquête aux États-Unis. Ouverte par le département de la sécurité routière, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA), l’enquête vise tout particulièrement le logiciel d’aide à la conduite automatique, Autopilot. L’enquête se concentre sur les modèles X, Y et S, et sur trois voitures, sorties d’usine entre 2014 et 2021.

L’enquête cite 11 incidents, survenus entre 2018 et 2021, et lors desquels des Tesla seraient rentrées en collision avec des véhicules de secours — des incidents qui auraient fait 17 blessés et un mort. La NHTSA précise également dans un document que tous les accidents en question ont eu lieu de nuit et que des outils de signalisation avaient été mis en place par les équipes pour délimiter les zones d’interventions, comme des feux de détresse, des panneaux illuminés ou encore des cônes de signalisation.

Source : Louise Audry pour Numerama

L’Autopilot est examiné par les autorités

Des fonctionnalités de l’Autopilot telles que le mode Traffic Aware Cruise Control étaient allumées dans toutes les voitures impliquées dans les incidents qui seront étudiés lors de l’enquête. La NHTSA a précisé que l’enquête devra montrer si, oui ou non, « la technologie et les méthodes utilisées pour assister et contrôler la conduite et faire en sorte que le conducteur reste attentif » fonctionnent.

Un des porte-parole du département de la sécurité routière, cité par The Verge, précise que l’enquête n’en est qu’à ses débuts et que son objectif premier est justement de récolter plus d’informations sur les incidents. Sur les 11 incidents retenus, 4 ont eu lieu en 2021. À noter que l’accident qui a coûté la vie à deux personnes le 18 avril au Texas ne fait pas partie de cette liste — un rapport préliminaire sur l’accident suggère d’ailleurs que l’Autopilot n’était pas fautif.

Ce n’est pas la première fois que Tesla et son logiciel sont étudiés par les autorités. Le Department of Motor Vehicles (département des véhicules motorisés, ndlr), de l’état de Californie, s’intéresse également au constructeur et à son logiciel Autopilot. S’il ne s’agit pas d’une enquête pour le moment, le département cherche tout de même à évaluer si Tesla s’est rendu coupable de publicité mensongère auprès de ses clients. Les autorités veulent en effet déterminer si certains propriétaires de voitures pourraient être induits en erreur sur l’autonomie de leur véhicule et si ces publicités pourraient les inciter à prendre des risques inconsidérés.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo