Tesla est autant un constructeur de voitures qu’un fabricant de superordinateurs. Pour améliorer l’intelligence de ses voitures, l’entreprise vient de construire un supercalculateur aux moyens colossaux, qui se hisserait directement au 5e rang mondial en termes de puissance brute.

Tesla continue de mettre le paquet sur la conduite autonome. Le constructeur automobile vient d’en donner la preuve la plus tangible en dévoilant son tout nouveau superordinateur dédié à l’amélioration de l’Autopilote.

Profitant de la CVPR (une conférence dédiée à la vision par ordinateur et la reconnaissance des formes), le directeur de l’IA chez Tesla Andrej Karpathy a dévoilé, dans une vidéo du 20 juin 2021, le dernier petit bijou de chez Tesla : une machine composée de 5 760 cartes graphiques, 10 pétaoctets de stockage et capables de travailler sur des volumes de données monstrueux.

Le « 5e plus puissant supercalculateur » en terme de FLOPS

D’après le responsable de Tesla, cela en ferait le 5e plus puissant supercalculateur au monde en terme de nombre de calcul par seconde pur. « La vision assistée par ordinateur est la pierre angulaire de tout ce que l’on fait à Tesla », a expliqué Andrej Karpathy pour justifier cet investissement. Rappelons que Tesla promet depuis des années une conduite 100 % autonome sans que l’on en ait vu des preuves tout à fait concrètes.

Tesla construit le « 5e plus puissant supercalculateur au monde »

Les caractéristiques technique du superordinateurs Tesla

Source : CVPR 2021

Mais pour Andrej Karpathy, ce nouveau superordinateur devrait accélérer le mouvement. En tout, la flotte de véhicule Tesla fait remonter 1,5 pétaoctet (soit 1,5 million de gigaoctets) de données censées améliorer les algorithmes de conduite autonome.

Cette quantité gigantesque de données doit donc être analysée et décortiquée par des réseaux neuronaux solides qui vont pouvoir confortablement analyser et décortiquer toutes les situations rencontrées par les véhicules Tesla.

Prochaine étape : Projet Dojo

Aussi impressionnante que soit la machine présentée par Tesla, ce n’est en réalité qu’un premier pas vers un projet encore plus ambitieux nommé « Projet Dojo ».

Annoncé officiellement en 2019, ce programme a pour but de construire un ordinateur capable d’effectuer un milliard de milliards d’opérations en virgule flottante à la seconde, soit 1018 flops (l’unité de mesure utilisée pour qualifier la puissance de ces superordinateurs.) Pour donner une idée de l’ambition de Tesla, en 2020, le supercalculateur le plus puissant du monde pointait à 415,5 pétaflops (soit 415 millions de milliards de calculs par seconde). Le projet Dojo promet donc d’être l’un des superordinateurs les plus puissants du monde.

Tesla avance donc à pas de géant dans le secteur et utilise même des puces et des réseaux neuronaux développés par l’entreprise pour optimiser son système. Il serait question de voir le projet Dojo se concrétiser en 2021, mais rien n’est encore confirmé. En attendant, Tesla peut se réjouir d’avoir déjà l’un des superordinateurs les plus puissants au monde.