La mairie de Paris va bien faire payer les places de stationnement aux scooters et motos thermiques à partir de 2022. Les électriques seront donc favorisés, car ils ne devront pas payer.

Mauvaise nouvelle pour les deux-roues thermiques, bonne nouvelle pour l’électrique : la mairie de Paris va faire payer les places de stationnements aux scooters et motos qui émettent du CO2 à partir de 2022. C’est David Belliard, adjoint de la maire de Paris, qui l’a confirmé dans une interview au Parisien publiée le 15 juin 2021.

« Nous souhaitons favoriser les motorisations les moins bruyantes, les moins émettrices de pollutions atmosphériques », a-t-il confirmé, précisant que les voitures électriques sont également concernées par cette gratuité. Elles bénéficieront même de 2 400 bornes de recharge, qui doivent être installées dans la capitale d’ici la fin de l’année 2021, a précisé l’adjoint à la maire.

Scooter électrique E-Trax // Source : Louise Audry pour Numerama

Quels prix pour le stationnement des deux-roues thermiques en 2022 ?

Ce qui va surtout changer, c’est la situation des motos et scooters thermiques : à partir de 2022, les propriétaires devront payer pour se garer, ce qui n’est pas le cas actuellement. Les tarifs, partagés par le Parisien, seront les suivants :

Statut Type de pass Prix
Résidents Annuel 22,50€
Résidents Carte journée 0,75€
Visiteurs Tarif horaire (Z1) 3€
Visiteurs Tarif horaire (Z2) 2€
Tous Pass parking mensuel (Z1) 90€
Tous Pass parking mensuel (Z2) 70€

Il convient de noter que les prix sont moitié moins élevé que pour les voitures thermiques.

Cela fait des mois que la mairie de Paris parle de faire payer les deux-roues thermiques pour se garer ; d’autant plus que leur présence s’est multipliée ces dernières années, rendant la question du stationnement centrale dans les enjeux de gestion de l’espace public. D’ailleurs, David Belliard ne s’en cache pas : « Cette mesure est fortement demandée par une grande partie de la population parisienne, afin de désencombrer l’espace public, de mieux réguler l’usage des motos et des scooters, et d’engager leurs conducteurs vers un parc plus propre et moins bruyant… » souligne-t-il auprès du Parisien.

Plus récemment, l’arrivée des trottinettes électriques en libre-service a contraint la mairie à créer des places spécifiques pour ces nouveaux engins, tandis que l’explosion de l’usage du vélo depuis le confinement pousse à la création de nouvelles zones pour les garer en toute sécurité.

>> Vous souhaitez acheter un scooter, une moto ou un vélo électrique mais ne savez pas quoi choisir ? Sur Vroom, Numerama a testé un grand nombre de modèles.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo