Les nouveaux électriques de Porsche, nommés eBike Sport et eBike Cross, seront commercialisés à plus de 7 000 €. Le prix est-il justifié par des composants de luxe ?

En même temps que la Taycan Cross Turismo, Porsche a dévoilé deux vélos électriques, qui semblent taillés pour plaire aux fans de la marque. Le eBike Sport est un modèle urbain assez standard, qui rappelle les gros vélos électriques que l’on peut trouver par exemple chez Cannondale. Le eBike Cross est un est un vélo plus typé VTT, avec des pneus crantés épais et un pilotage qui s’annonce sportif. Les deux engins seront respectivement commercialisés à 9 990 € et 7 990 €, pour une sortie au printemps 2021.

Mais que cachent ces prix exorbitants ?

Des prix élevés pour une finition de luxe

Pour le moment, Porsche n’a pas dévoilé une fiche technique détaillée, mais les informations que l’on possède nous montrent que la marque va faire payer le prix de sa réputation aux clients. Les deux vélos sont conçus autour d’une plateforme électrique vendue par Shimano et nommée EP-8. Ce moteur de 85 nm de couple n’a pas vraiment sa place sur un vélo urbain, dans la mesure où sa puissance brute n’a d’intérêt que pour les cotes ou les terrains accidentés — il s’annonce extrêmement consommateur pour un usage en ville, notamment avec des vélos de plus de 20 kg.

Porsche est ensuite allé chercher des composants sur les étagères des marques les plus prestigieuses de l’équipement vélo : Magura pour les freins à disque intégrés au cadre, Supernova pour l’éclairage. Les deux modèles possèdent tout de même des arguments confort, notamment un cadre suspendu avec amortisseurs arrière et une fourche suspendue, ce qui devrait promettre une conduite douce même sur des terrains accidentés — urbains ou campagnards.

 

Le vélo électrique Sport de Porsche // Source : Porsche
Le vélo électrique Cross de Porsche // Source : Porsche

Au-delà de ces caractéristiques, les prix élevés viennent de deux raffinements qui parleront peut-être aux amateurs de la marque et moins aux passionnés de vélo : le cadre est intégralement en carbone (mais la légèreté du matériau n’arrive pas à faire un vélo léger) et les cycles sont conçus dans des usines allemandes. Ils ont été évidemment pensés pour être accrochés sur le porte-vélo arrière de la Taycan — au prix de la voiture, ce sera peut-être un accessoire proposé à ses clients qui seront ravis d’avoir un vélo pour se balader plus librement après un roadtrip.

En revanche, on ne peut décemment pas faire entrer ces vélos dans une catégorie grand public. La motorisation, par exemple, est disponible sur des VTTAE de Canyon qui commencent à 2 800 €. On ne se retrouve pas au même niveau de finitions et de luxe, mais la différence de prix ne peut pas être radicalement ressentie à l’usage. De plus, le design général de ces vélos Porsche, bien qu’inspiré des lignes de la Taycan, n’est pas vraiment marqué : ils ressemblent à la grande masse des vélos urbains ou VTT électriques disponibles sur le marché.

VTTAE Porsche VTTAE Canyon

Ces vélos équipés du même moteur coûtent respectivement 7 990 € et 2 899 €. Ce sont les finitions de luxe que l’on paie chez Porsche, plus que l’équipement.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo