Honda a annoncé qu'il avait obtenu une certification, de la part du gouvernement japonais, pour vendre des voitures avec une capacité de conduite autonome de niveau 3. Une première mondiale.

Il faut toujours se méfier quand un constructeur automobile annonce qu’il est pionnier. Et quand on lit que Honda lancera très vite une voiture autonome de niveau 3 (niveau à partir duquel on peut commencer à lâcher le volant), on peut émettre quelques doutes. Dans tous les cas, la firme japonaise peut déjà se féliciter d’une chose : au Japon, elle a reçu une certification inédite lui permettant, effectivement, de commercialiser des voitures autonomes de niveau 3. C’est une première mondiale.

Fort de cette autorisation gouvernementale indispensable pour marier technologie et régulation, Honda entend vite passer la seconde. Il promet d’équiper sa berline de luxe Legend avant la fin de l’année fiscale en cours — soit avant mars 2021. Il n’est pas interdit de penser que Honda se lance dans une course contre-la-montre pour être, effectivement, le premier.

Le macaron de conduite autonome au Japon // Source : Honda

La conduite autonome de niveau 3 déjà chez Honda ?

Bien évidemment, Honda joue un peu sur la sémantique pour nourrir son communiqué publié le 11 novembre. Il suffit de s’intéresser au nom de sa technologie désormais homologuée, pour s’en convaincre : Traffic Jam Pilot. Tout porte à croire que, dans un premier temps, Honda réservera la conduite autonome de niveau 3 aux embouteillages — soit des situations plus faciles à gérer pour une intelligence artificielle. Est-ce que la Honda Legend pourra vraiment aller d’un point A à un point B toute seule ? Rien n’est précisé à ce sujet, sachant que les Tesla en sont déjà capables — certes sans certification.

Le fait que Honda soit appuyé par le gouvernement nippon suggère un coup de communication pour indiquer aux autres pays que le Japon ne sera pas en reste sur la conduite autonome. « Les voitures autonomes devraient jouer un grand rôle dans la baisse des accidents routiers, la capacité à fournir un transport sûr aux personnes âgées et l’amélioration de la logistique », explique le ministre en charge des transports — cité par Reuters. 

Grâce à Honda, on connaît le cadre de la conduite autonome de niveau 3 (au Japon) :

  • La technologie ne doit pas compromettre la sécurité des occupants du véhicule ou les piétons pendant son fonctionnement ;
  • La technologie ne doit pas opérer, sauf si toutes les conditions liées à un environnement favorable sont réunies ;
  • Avant toute manœuvre d’urgence, la technologie doit alerter le conducteur sur un transfert du contrôle et doit continuer à opérer avec sûreté le temps du transfert. Quand le transfert n’est pas possible, la technologie doit arrêter le véhicule avec prudence ;
  • La technologie doit inclure une fonctionnalité permettant de surveiller le conducteur ;
  • La technologie doit inclure des mesures de cybersécurité pour se protéger des menaces externes :
  • La technologie doit inclure un dispositif d’enregistrement des données.

En plus de ces règles, les voitures autonomes devront arborer un macaron spécifique à l’arrière.

 

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo