Ferrari ne commercialisera pas une voiture 100 % électrique avant 2025, mais un premier brevet dévoile une architecture à 4 moteurs.

Les aficionados savent à quoi s’en tenir : Ferrari a donné rendez-vous en 2025, au plus tôt, pour sa première voiture 100 % électrique. Mais cela ne veut pas dire que la prestigieuse maison italienne ne travaille pas déjà sur le véhicule, dont les performances promettent d’être vertigineuses. Un premier brevet, rendu public le 22 janvier et découvert par un membre du forum Taycan EV le 24 janvier, donne quelques indications sur la plateforme électrique étudiée par Ferrari.

Attention, cela ne signifie pas que Ferrari a accéléré ses plans concernant la commercialisation d’une première voiture 100 % électrique. Même si elle est pressée par une concurrence déjà bien en place (la Porsche Taycan, en attendant le Tesla Roadster), la multinationale ne veut pas se précipiter et préfère attendre que la technologie soit suffisamment mature. En fin d’année dernière, Louis Camilleri, CEO, évoquait « des problèmes significatifs en termes d’autonomie, de vitesse et de recharge  ».

Ferrari 812 Superfast // Source : Ferrari

À quoi pourrait ressembler la première Ferrari 100 % électrique ?

Il faut toujours lire les brevets avec des réserves. Ils peuvent donner quelques pistes sur un futur produit mais ne doivent jamais être pris au pied de la lettre.

Dans le cas de cette voiture Ferrari, on découvre que les ingénieurs planchent sur une plateforme audacieuse, car articulée autour de quatre moteurs contrôlés de manière indépendante (un pour chaque roue). Ce ne serait pas une première pour le segment électrique : Rivian a choisi cette conception pour son pickup R1T et son SUV R1S. Cela autorise une puissance mieux partagée entre les roues, une tenue de route exemplaire et des manœuvres impressionnantes. Preuve en est avec le mode Tank Turn de Rivian, qui permet à la voiture de pivoter sur elle-même à l’arrêt — comme un tank (grâce à la rotation inversée sur un même essieu).

Le document évoque une voiture de type GT ne pouvant accueillir que deux occupants (la batterie prendrait place à l’arrière). Certains la comparent déjà à une 812 Superfast mais il faut garder à l’esprit que le design n’est qu’illustration dans un brevet davantage centré sur le groupe propulseur. Plus intéressante, cette plateforme semble pouvoir être adaptée, aussi, à une motorisation hybride. Cette possible déclinaison s’annonce logique dans la stratégie de Ferrari, qui souhaite que 60 % de ses modèles soient hybrides d’ici 2022. Le plan est déjà en marche grâce à la SF 90 Stradale dévoilée il y a quelques mois. Associant un bloc thermique V8 à trois petits moteurs électriques pour une puissance totale de 1 000 chevaux, elle peut atteindre les 100 km/h en 2,5 secondes. En mode 100 % électrique, elle ne peut rouler que pendant 25 kilomètres malgré une vitesse bridée à 135 km/h.

Partager sur les réseaux sociaux