Dyson a décidé d'annuler son projet de voiture électrique. La firme estime qu'elle ne pourra pas le rentabiliser.

Dyson a décidé de jeter l’éponge. Alors que son prochain gros projet visait à lancer une voiture électrique ambitieuse, la multinationale a décidé de l’abandonner. La décision a été partagée par l’intermédiaire d’un mail interne récupéré par The Verge le 10 octobre 2019. La raison évoquée est simple : Dyson, qui comptait investir plus de 2 milliards de dollars et s’installer à Singapour, avait des doutes sur sa viabilité commerciale.

Dans le document, James Dyson précise que la division automobile de son entreprise avait développé « une voiture fantastique », avec une  « ingéniosité » qui restait en adéquation avec la philosophie Dyson. C’est donc la rentabilisation qui pose problème et cela n’étonnera personne, à commencer par Tesla. Alors qu’il vend de plus en plus de voitures, le constructeur américain peine toujours à gagner de l’argent. 

Brevet Dyson sur la voiture électrique // Source : Dyson

Dyson met un stop à sa voiture électrique

Cela a dû être un choix crève-cœur pour James Dyson qui, en septembre 2017, partageait son — vieux — rêve de révolutionner le marché automobile. À l’origine, Dyson devait annoncer le véhicule en 2020, une présentation qui a été repoussée à 2021. Maintenant que le projet est annulé, la firme va se concentrer sur le développement des batteries solides, entre autres domaines à la mode en ce moment (robotique, machine learning, intelligence artificielle).

Les quelques 600 personnes qui travaillaient sur la voiture électrique vont être assignées à d’autres postes intégrés dans le département Home (qui serait assez important pour absorber la majorité des salariés concernés). Dyson accompagnera celles et ceux qui ne trouveraient pas un nouvel emploi ou voudraient tout simplement partir.

«  Ce n’est pas l’échec d’un produit, ou l’échec d’une équipe, pour qui la décision sera dure à entendre et digérer. Leur réussite a été immense compte tenu de l’ampleur et de la complexité du projet », conclut James Dyson. Quoi qu’il en dise, cela reste un échec. 

Partager sur les réseaux sociaux