Les voitures sont-elles au point au sujet de la détection automatique des piétons ? Un nouveau test suggère que non. Elles seraient même particulièrement mauvaises.

Certaines voitures sont équipées de systèmes de détection d’obstacles, supposés éviter des accidents. L’American automobile association (AAA), un organisme indépendant, a testé 4 d’entre elles. Les résultats se sont avérés pour le moins décevants.

Les tests ont été effectués avec 4 modèles de voiture récents, sortis en 2019 : la Tesla Model 3, la Toyota Camry, la Chevrolet Malibu et la Honda Accord. Chacune d’entre elle a été équipée de caméras et capteurs.

Les systèmes de détection automatique ne sont pas au point. // Source : Capture d’écran Vimeo

L’AAA a ensuite placé des mannequins de taille humaine en mouvement au bord de la route. Ils devaient traverser tandis que la voiture avançait. Comme indiqué dans un communiqué ce vendredi 4 octobre, 60 % d’entre eux ont été percutés par l’une des voitures.

Les tests ont pourtant été effectués dans des conditions plutôt optimales : il fait jour et beau temps. Le piéton avance relativement lentement et la voiture n’est qu’à 20 mph soit environ 30 km/h.

Les chercheurs ont également effectué des tests avec des mannequins de la taille d’un enfant. Les résultats étaient encore plus inquiétants. Une collision a lieu dans 89 % des cas.

La nuit, les voitures ne détectent rien

Les tests de nuit ont eux démontré selon l’AAA que les systèmes étaient dans ce cas totalement « inefficaces » : aucun des véhicules n’a pu détecter le piéton adulte.

De jour, lorsque deux adultes se tenaient statiques sur la route, dos au véhicule, une collision avait lieu dans 80 % des cas.

L’un des tests. // Source : AAA

L’AAA montre que pour le moment, les systèmes de détection automatique ne sont pas fiables. On ne peut pas encore compter sur eux pour faire baisser le taux de mortalité des piétons sur les routes. Aux États-Unis, la Governors highway safety association estime que plus de 6 200 piétons ont été tués en 2018. Une voiture est en cause dans la majorité des cas.

En 2016, 20 constructeurs automobile avaient indiqué que tous leurs nouveaux véhicules seraient équipés de systèmes de freinage d’urgence d’ici 2022. 10 ont déjà équipé la moitié de leurs voitures.

Toyota a refusé de commenter à The Verge les résultats de l’AAA dans leur globalité mais s’est félicité des cas dans lesquels sa Camry avait bien réussi à repérer le piéton. General Motors a indiqué que ses voitures étaient faites pour évoluer dans des conditions normales et non des tests. Le constructeur a mis en avant une étude interne, qui montrait un taux d’efficacité de 44 %, tout en rappelant que ses systèmes de détection n’avaient pas pour but de remplacer l’œil d’un conducteur ou une conductrice.

Tesla n’a pas répondu. Honda a reconnu les limites de son outil, notamment lorsque la luminosité est limitée (nuit, pluie, neige et brouillard).

Partager sur les réseaux sociaux