La startup de vélos électrique Karmic lance un nouveau projet de financement participatif pour son deux-roues OSLO, à la frontière entre un vélo et une mobylette. Intrigant.

Est-ce un vélo ? Est-ce un scooter ? La réponse se situe entre les deux : il s’agit d’un projet hybride et futuriste de la startup Karmic, qui cherche aujourd’hui à lever des fonds sur Kickstarter. L’entreprise dispose d’une bonne réputation outre Atlantique, notamment pour son amour des vélos électriques et sa capacité à réussir à boucler ses projets, depuis ses 3 ans d’existence.

Le projet Oslo de Karmic // Source : Karmic

Un kickstarter pour aider à financer le projet

Le nouveau « moped » électrique de Karmic s’appelle OSLO et ressemble à un gros vélo (il a bien des petites pédales), mais l’entreprise a mis au point un système qui permet d’avancer sans pédaler en appuyant sur un bouton, ce qui le rapproche en ce sens d’une mobylette très épurée. Interrogé par The Verge, le patron Hong Quan a admis qu’il pensait que la majorité des utilisateurs « utiliseraient le bouton » et ne pédaleraient pas.

Vu qu’il est catégorisé comme un vélo, le OSLO est limité à 32 km/h (de toute manière en France, la limite officielle est de 25km/h). Sa batterie 480 Wh lui permet de faire 32 km en une recharge, ce qui est bien pour un vélo, mais pas énorme si on le prend comme une alternative à un scooter. Les lumières LED sont intégrées à l’avant, arrière et sur le côté.

Châssis en aluminium, grosse selle noire empâtée pour plus de confort : c’est évidemment son look moderne qui le distingue des vélos classiques, en plus de son modèle de fonctionnement hybride.

Le projet Oslo de Karmic // Source : Karmic

Pour 1 499 dollars, le OSLO se situe dans la moyenne très basse des vélos électriques, et au niveau des premiers prix des scooters électriques. Karmic s’est donné jusqu’au 15 octobre 2019 pour lever 181 000 euros, ce qui est une grosse somme. Pour l’instant, elle est loin du compte : à la date du 19 septembre, elle avait obtenu 13 000 euros de promesses.

Partager sur les réseaux sociaux