Entre ventes en berne et problèmes de production, la startup chinoise vit une année difficile. Le départ à la retraite de son cofondateur ne présage pas du meilleur.

Après un lancement prometteur en 2018 salué par plusieurs milliers de ventes du SUV ES8, 2019 ne porte pas chance au constructeur chinois NIO. Souvent comparé à Tesla en raison de son ambition et de son positionnement, il partage également avec le constructeur californien des déconvenues en série.

La dernière en date concerne la gouvernance de l’entreprise. Jack Cheng, son co-fondateur, serait sur le point de la quitter pour, selon les mots du constructeur, partir à la retraite « en raison de son âge » nous apprend une note que s’est procurée le Financial Times et qui a été confirmée par The Verge le 15 août 2019.

La chasse aux coûts

Cette raison semble un peu légère. À cause de ventes en bernes et d’un défaut sur ses batteries qui a amené à une coûteuse vague de rappel, NIO a entamé depuis le début de l’année un dégraissage conséquent de ses effectifs et fermé certains de ses sites. Le constructeur a également vendu son écurie Formule E et abandonné son projet d’usine. Bref, les liquidités manquent chez NIO et on peut imaginer qu’un salaire de cadre dirigeant en moins sera un signal positif pour l’ensemble des salariés qui sont appelés à faire des efforts.

NIO P7 Preview // Source : NIO

Le marché pourrait en revanche accueillir cette décision d’une manière moins favorable. L’action de NIO sur le NYSE a légèrement baissé à la suite de l’annonce le 15 août. Les investisseurs qui doutent du potentiel de NIO sont donc de plus en plus nombreux. D’autant qu’un média chinois, le Yicai Global, annonçait dans le même temps que Jack Cheng partait pour se concentrer sur XPT Global, une société spécialisée dans la production de composant pour véhicules électriques et autonomes, dont il est PDG et qui fournit… NIO.

La situation est donc préoccupante pour la startup chinoise. Ventes trop faibles, coûts structurels trop élevés… NIO connaît les mêmes difficultés que Tesla. Reste à savoir si les futurs modèles, le SUV ES6 et la (déjà repoussée) berline P7 du constructeur engrangeront autant de succès que la Model 3 pour sauver le constructeur chinois.

Partager sur les réseaux sociaux