La moto électrique TC Max de Super Soco est une très bonne surprise : à la fois réactive et stylée, elle se rend rapidement indispensable. Et ce, malgré sa batterie très imposante.

Jamais l’expression « l’essayer, c’est l’adopter » n’aura été aussi adaptée que pour la moto électrique Super Soco TC Max que nous avons testée. Après plusieurs jours, force est de constater que le deux-roues équivalent 125 cm3 est un concentré de bonnes idées : agile, stylée et pratique, elle a tout pour plaire… Au point où la passion l’emporte sur la raison.

Car évidemment, une moto sera toujours moins pratique qu’un scooter pour les trajets en ville : l’assise est moins confortable, le dos est plus courbé, la vulnérabilité aux éléments (pluie, vent) est accrue, il est impossible de caler un sac à l’avant ni de transporter un casque dans un coffre. Et pourtant, on se surprend à se laisser emporter par l’engin, qui fait forcément tourner des têtes lorsque l’on passe silencieusement à côté d’elles.

Super Soco dispose actuellement de trois modèles : deux équivalents 50 et une 125, celle que nous avons prise en main. Quels sont ses arguments ? Vaut-elle son prix de 4 500 euros (ou 4 700 avec roues à rayon) ? Voici notre test complet.

Look

Super Soco affiche fièrement le terme un peu fourre-tout de « néo-retro » pour parler du look de sa moto. Derrière ce mot-valise, on retrouve un design à la croisée des chemins, au fond plutôt consensuel : des lignes connues, un tableau de bord plutôt rétro, une selle travaillée visuel « cuir », mais aussi un cadre d’inspiration futuriste avec des matériaux d’apparence « métal » et des finitions noir mat qui attirent l’œil. Comprendre : il y en a pour tous les goûts.

C’est d’ailleurs évident, la TC Max a beaucoup de style. Cous ne passez pas inaperçu·e dans les rues, d’autant plus que l’aspect « électrique » soulève encore beaucoup d’interrogations — le marché a beau être en pleine expansion, les deux-roues électriques sont encore loin d’être majoritaires. Elle est disponible en deux coloris : gris ou sable.

Le tableau de bord est clair : un côté avec un cadran à aiguille pour la vitesse, le reste en chiffres. On a à la fois le mode choisi (1, 2 ou 3), le kilométrage, l’autonomie de la batterie mais aussi sa portée (combien de kilomètres vous pouvez encore faire). Petit détail regrettable : il n’y a pas l’heure.

La moto électrique Super Soco TC Max // Source : Louise Audry pour Vroom/Numerama

Prise en main

La TC Max n’est pas très haute (189 x 70 x 113 cm), ce qui permet à tout le monde de la prendre en main — contrairement à d’autres marques comme le leader Zero avec sa DS qui nous avaient refroidis en étant très haute. Ici, on touche le sol sans aucun problème, ce qui facilite les manœuvres, tout en s’assurant quand même que les grands gabarits n’aient pas de peine à se l’approprier. Petit bonus : les cale-pieds sont ajustables.

L’appareil vient avec une seule clé et un boîtier d’alarme qui permet de verrouiller ou libérer le véhicule. Lorsqu’elle est verrouillée, la moto sonnera dès qu’on essaie de la bouger, et sa roue arrière se bloquera. Il suffit d’appuyer sur le boîtier pour la déverrouiller et appuyer sur le gros bouton « power » central pour qu’elle s’allume. À noter que si vous cherchez vraiment une sécurité maximale, vous pouvez verrouiller manuellement le guidon sur la gauche grâce à la clé.

La seule béquille latérale est un peu basse, ce qui signifie que la moto va pencher beaucoup vers la gauche par rapport à d’autres modèles — ce n’est pas dérangeant, mais il faut le garder en tête lorsque l’on se gare près d’autres véhicules.

La moto électrique Super Soco TC Max // Source : Louise Audry pour Vroom/Numerama

À noter qu’en plus d’être équipé d’un bouton coupe-circuit et un pour changer les modes, le guidon de l’appareil a un bouton… qui ne sert à rien ! Il s’agit en fait d’une option pour allumer/couper les feux de route, ce qui n’est pas légal en France, où les deux-roues sont contraints d’avoir toujours les feux allumés.

Conduite

L’un des gros atouts de la TC Max est son adaptabilité. Ses 3 modes permettent d’avoir une conduite différente en ville et sur routes à 90, tout en proposant un mode urbain vraiment intéressant. Il arrive fréquemment sur les scooters électriques que le mode 1 soit réservé aux manœuvres, avec une vitesse limitée à moins de 20km/h. Ici, c’est tout l’inverse : vous pourriez aisément rouler en ville sans jamais bifurquer du premier mode. L’accélération est sincère et permet de concurrencer tous les autres deux-roues au feu, tandis que la moto peut aller jusqu’à 50km/h, ce qui est la vitesse maximale en ville. À cette accélération s’ajoute un système de freinage à deux disques qui permet de ralentir progressivement mais aussi d’effectuer un freinage d’urgence en se sentant en sécurité.

Quand vous enclenchez le mode 2, l’engin se veut un peu plus réactif au niveau de l’accélération et permet d’aller plus vite. Voici la vitesse maximale en fonction des modes (ces données varient évidemment un peu en fonction du poids du conducteur ou de la conductrice) :

  • En mode 1 : 50 km/h
  • En mode 2 : 70km/h
  • En mode 3 : 100km/h

Au niveau des virages, la TC Max réussit à tourner correctement, même s’il ne faudra pas vous attendre à des manœuvres ultra-serrées comme avec un scooter électrique très léger. Ici, il faut compter sur 120 kg pour l’engin complet — 100 kg sans la batterie.

La moto électrique Super Soco TC Max // Source : Louise Audry pour Vroom/Numerama

Le bruit

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, la moto électrique de Super Soco est forcément très, très silencieuse par rapport à tous les thermiques du marché. Mais sur ce modèle, transmission par courroie oblige, la moto a tendance à faire un petit bruit de « vague », ce qui lui donne un son assez reconnaissable.

Les seuls bruits vraiment artificiels sont ceux de l’alarme (une sorte d’imitation des voitures de police, en bien moins fort) et des clignotants. Heureusement, ces derniers restent plutôt discrets et chaleureux, par opposition à certains modèles qui émettent un son strident.

Batterie et autonomie

L’autonomie du deux-roues a de quoi séduire les amateurs et amatrices de conduite urbaine tout comme celles et ceux qui ont besoin de faire un peu plus de route chaque jour. Avec une batterie pleine, comptez :

  • En mode 1 : 100 à 110 km
  • En mode 2 : 80 km
  • En mode 3 : 60 km

Le compteur affichera la portée (ou « range », soit le nombre de kilomètres que vous pouvez encore parcourir) en fonction des modes.

La moto électrique Super Soco TC Max // Source : Louise Audry pour Vroom/Numerama

Il fallait bien un point négatif, et celui-ci est imposant : la batterie amovible (Lithium-ion ATL) de la moto TC MAX est très, très lourde. Son poids (21 kg), qui lui permet d’avoir cette agréable autonomie, rend tout trajet très compliqué dès lors vous devez emporter avec vous la batterie pour aller la recharger. D’autant plus qu’une sécurité supplémentaire (il faut la débloquer avec la clé de la moto) rend difficile la manœuvre d’extraction de la batterie — Super Soco nous a prévenus que sur le nouveau modèle, elle était plus facile à retirer.

La recharge prend environ 8 heures, ou 4 heures avec un superchargeur, et le chargeur n’est pas très bruyant. Point positif : sa nouvelle version rentre sous le coffre et se cale au-dessus de la batterie, ce qui permet de le transporter sans avoir besoin d’un sac en plus.

À noter que si vous habitez une maison ou un appartement en rez-de-chaussée, vous pouvez brancher directement la moto sur une prise terre, ce qui est encore la manière la plus pratique de faire.

En bref

Moto électrique Super Soco TC Max

Note indicative : 5/5

Légère, maniable et à taille humaine, la Super Soco TC Max a tous les arguments pour devenir la moto électrique référente pour la conduite urbaine et périurbaine. Malgré tous les défauts de confort de vie liés à la conduite en moto, elle nous a complètement séduits. 

Top

  • Beaucoup de style
  • Accélération d'enfer
  • Le système d'alarme

Bof

  • Batterie très lourde
  • Tableau de bord sans l'heure
  • Les clignotants qui font du bruit

Partager sur les réseaux sociaux