Numerama a pu essayer quelques instants la Zero DS de Zero Motorcycles, leader sur le segment des motos électriques. Comment l'oublier ?

Une fois qu’on a testé la Zero DS, il est très difficile d’en redescendre. D’une part, parce que le bolide est indéniablement un des engins les plus impressionnants de la nouvelle génération de deux roues électriques sur le marché. De l’autre, parce que la moto est si haute qu’il n’est pas aisé de poser le pied à terre, pour qui n’est pas taillé comme un Danois élevé au bon grain.

En attendant un test plus poussé des derniers modèles présentés — notre première expérience a malheureusement été douchée par une pluie dantesque de plusieurs jours —, la rédaction de Vroom pour Numerama livre ici ses premières impressions sur la Zero DS 2019, véritable alternative crédible aux motos thermiques actuelles.

La Zero DS 2019 version 11Kw // Source : Numerama/MT

Un gros bébé

La Zero DS 2019 version 11Kw que nous avons testée en impose. Avec un empattement de quasiment 1,5 mètre et une hauteur de selle de 0,84m, le deux-roues électrique est bien plus massif que la majorité des scooters que l’on croise en ville, tout comme les petites motos 125, de plus en plus fréquentes en zones urbaines.

Evacuons tout de suite la question : non, la moto Zero DS n’est pas pour tout le monde. À cause de sa selle trop haute, elle rend difficile la prise en main pour les conducteurs et conductrices de moins d’1m70. Si on arrive à toucher le sol sur la pointe des pieds, toute manœuvre qui implique de braquer sec engendre un gros risque de perdre l’équilibre et tomber.

Malheureusement, c’est encore un problème fréquent dans le monde des deux-roues — comme dans la tech en général — : de nombreux objets sont encore créés, et testés, par et pour des grands gabarits (souvent masculins). Certaines motos électriques  — comme de nombreux vélos à la pointe de l’innovation — sont de facto moins accessibles aux femmes, souvent plus petites.

La Zero DS 2019 version 11Kw // Source : Numerama/MT

3 modes d’accélération

Avec une vitesse de pointe à 158 km/h, la Zero DS va bien au-delà des limitations officielles de vitesse : on profitera de sa puissance maximale pour les trajets longs. Mais puisqu’elle n’est pas très large, la moto électrique se faufile également correctement entre les voitures en ville.

Mais là où, électrique oblige, la Zero DS décoiffe vraiment, c’est par son accélération. Pour faciliter la prise en main, le constructeur a prévu trois modes :

  • Éco, qui est largement suffisant en ville avec un démarrage très correct.
  • Custom, qui «  permet au pilote de définir son propre profil de performances et d’afficher des statistiques détaillées de consommation d’énergie », et donc d’aller bien plus vite qu’en éco.
  • Sport, qui donne tout simplement l’impression de s’envoler. On passe du 0 à 100 km/h en 3 secondes grisantes et dans un silence toujours si surprenant. Fortement déconseillé par temps pluvieux.

Le moteur, relié directement à la roue arrière, permet en effet une accélération incroyable qui, la première fois, sèchera sur place même les conducteurs de deux roues les plus avertis. Il est grandement recommandé de privilégier le mode éco en ville, qui est déjà très réactif et permet les créneaux les plus précis.

Au niveau de la charge, on reste sur une barrière importante : la batterie (Z-Force) n’est évidemment pas amovible, ce qui signifie qu’il faut pouvoir disposer d’une prise électrique en extérieur (ou d’une très longue rallonge si vous vivez en appartement) pour la recharger. Une charge complète est toutefois possible en 5 heures, et son autonomie est bonne (132km en ville, 63km sur autoroute).

Specs de la Zero-DS // Source : zeromotorcycles.com

La Zero DS est vendue 12 590 euros (prix de base), ce qui est moins élevé que l’incontournable scooter BMW qui reste une référence en matière de scooter équivalent 125.

La Zero DS 2019 version 11Kw // Source : Numerama/MT

Partager sur les réseaux sociaux