Les turbulences du vol Singapore Airlines ont causé la mort d’un passager et blessé 104 autres fin mai 2024. Des études indiquent que le changement climatique pourrait intensifier ces incidents et les rendre plus fréquents.

Les turbulences du vol Singapore Airlines entre Londres et Singapour ont fait le tour des médias, fin mai 2024. Des secousses extrêmes et soudaines ont causé la mort d’un britannique de 73 ans dans l’avion. 104 personnes ont été blessées, 48 ont été hospitalisées à Bangkok où le Boeing 777 a effectué un atterrissage d’urgence après l’accident. Quelques jours plus tard, une hôtesse de l’air s’est fracturé le dos lors de turbulences sévères sur un vol de Turkish Airlines.

Ces incidents pourraient devenir plus réguliers à l’avenir. Le média spécialisé Guizmodo fait état le 30 mai 2024 de plusieurs recherches qui avancent que les perturbations climatiques pourraient avoir un impact sur les trajets en avion.

Une étude publiée en juin 2023 par l’université de Reading s’est penchée sur les tendances des turbulences en air clair, c’est-à-dire quand les secousses se produisent sans nuage et orages. Alors que la fréquence des turbulences légères a seulement augmenté de 17 % au-dessus de l’Atlantique Nord entre 1979 et 2020, celles d’un niveau modéré ont augmenté de 37 %, et les plus sévères ont grimpé de 55 %.

Selon l’étude, ces turbulences sont plus fréquentes à cause des conditions orageuses plus violentes dans l’air. Ces conclusions sont également soutenues par un autre article, rédigé en 2023 par le professeur Soo-Hyun Kim de l’Université nationale de Séoul. Ce dernier estime que le changement climatique rendra tous les types de turbulences plus intenses, et pas seulement les turbulences en air clair.

La turbulence en air clair est habituellement liée au cisaillement du vent. // Source : Unsplash
La turbulence en air clair est habituellement liée au cisaillement du vent. // Source : Unsplash

Des turbulences liées à des orages plus violents

Interviewé par le média américain Jalopnik, le professeur John Knox, chercheur en turbulence aérienne à l’Université de Géorgie, fait d’abord état d’un léger emballement médiatique qui pousse à s’intéresser à chaque cas presque ordinaire de turbulences. Néanmoins, il y a aussi « des études qui démontrent de manière assez concluante que nous voyons plus de turbulences en air clair », selon lui.

Le chercheur explique cette hausse par un réchauffement des températures. « L’eau de l’océan plus chaude combinée, une température du sol plus élevée, avec plus de vapeur d’eau, conduit à une augmentation des orages. Il est donc tout à fait plausible que dans le futur, les orages que nous aurons seront plus vigoureux qu’ils ne le sont maintenant. Et donc, si vous volez autour ou au-dessus d’orages plus vigoureux, il est très plausible que vous ayez plus de turbulences », explique le professeur John Knox. Gardez donc bien votre ceinture attachée durant les prochains vols, pour éviter de finir la tête dans le coffre à bagages.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !