Le moteur thermique reste majoritaire en Europe, mais les véhicules électrifiés gagnent du terrain. En France, les chiffres d’immatriculation sont sensiblement au-dessus de la moyenne européenne, la France a bien amorcé sa transition vers le zéro-émission.

D’ici à 2035 et la fin de la commercialisation des véhicules thermiques, la part des véhicules électrifiés (hybride et électriques) en Europe ne peut que grandir. Sur le cumul des trois premiers trimestres de 2022, l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) indique que 43 % des immatriculations en Europe concernent déjà des véhicules hybrides, hybrides rechargeables ou électriques. Un résultat qui croît d’année en année, surtout pour la catégorie des voitures 100 % électriques. Même si les motorisations thermiques restent encore majoritaires, les choses changent, bien qu’il reste de fortes disparités entre les pays.

Sur les trois premiers trimestres cumulés, la part des véhicules électriques en Europe est passé de 7,6 % en 2021 à 10,6 % en 2022. En France, la voiture électrique représente déjà 13 % des immatriculations, on est donc sensiblement au-dessus de la moyenne des pays européens.

En Europe : l’hybride rechargeable chute quand l’électrique grimpe

La France est le second marché européen sur le volume des immatriculations, le premier pays étant l’Allemagne, loin devant la France et les autres pays européens. Malgré un gros volume d’immatriculations, la France n’est pas le plus vertueux quand il s’agit d’opter pour une motorisation électrifiée. Nous sommes finalement que quelques points au-dessus de la moyenne européenne.

Recharge IONITY // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Recharge IONITY // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Si l’on compare les immatriculations de l’Allemagne, de la France, des Pays-Bas, de l’Espagne et de l’Italie, sur les 9 premiers mois de l’année 2022, on se rend compte que les marchés ne se comportent pas tous de la même manière pour l’achat de nouveaux modèles :

FranceAllemagnePays-BasEspagneItalie
ÉlectriqueFrance+31,8%Allemagne+15,2%Pays-Bas+55,2%Espagne+40,4%Italie-23,8%
Hybride rechargeableFrance-13%Allemagne-10,5%Pays-Bas+12,4%Espagne+15,3%Italie-8,6%
Hybride classiqueFrance+9,6%Allemagne+3,2%Pays-Bas+4,5%Espagne+8,3%Italie+0,5%
EssenceFrance-19,9%Allemagne-14,3%Pays-Bas-24,7%Espagne-15,7%Italie-23,7%
DieselFrance-34,1%Allemagne-15,2%Pays-Bas-36,2%Espagne-19,5%Italie-28%

En France, l’hybride rechargeable est en perte de vitesse avec -13 %. Les clients semblent lui préfèrent soit l’hybride classique, qui ne se branche pas, soit une motorisation électrique. C’est une tendance qui s’observe également au niveau européen sur le troisième trimestre. Les hybrides PHEV (plug-in ou rechargeable) ont baissé de 6% sur cette période, alors que les électriques et les hybrides classiques sont toujours en hausse.

Dans tous les pays, les reculs les plus nets concernent les motorisations diesel. Un mouvement qui s’est initié depuis le scandale du Dieselgate. Les modèles essence gardent encore un certain succès dans certains pays, surtout ceux en retard sur l’électrification, mais dans l’ensemble, les immatriculations baissent aussi en Europe. L’Italie est un cas un peu particulier. Sur le marché italien, toutes les motorisations peinent à trouver preneur, à l’exception des hybrides classiques, toutes sont en négatif.

Signe que les choses changent désormais dans tous les pays européens, certains pays enregistrent des croissances à trois chiffres pour leurs immatriculations de véhicules électriques sur ces trois derniers mois :

  • Chypre : + 490 % ;
  • Lettonie : + 232 % ;
  • Roumanie : +213 % ;
  • Bulgarie : +102 %

Le marché est naissant dans ces pays. Les volumes sont donc très faibles (quelques centaines ou quelques milliers d’exemplaires au plus) mais le symbole est fort. Le diesel chute et est remplacé par des motorisations électrifiées.

Focus sur le marché du mois d’octobre en France : les électriques battent encore le diesel

Avec 6 000 immatriculations de moins en octobre 2022, par rapport au mois de septembre, les immatriculations des véhicules électriques reprennent un rythme de croisière. Le mois de septembre a été particulièrement dynamique, cela est dû au rattrapage des vacances du mois d’août.

Peugeot e-208 nouvelle motorisation électrique // Source : Peugeot
Peugeot e-208 en tête du classement d’octobre 2022 // Source : Peugeot

À quelques véhicules près, les voitures électriques battent une nouvelle fois le nombre de nouvelles voitures diesel fraîchement immatriculées : 16 861 électriques contre 16 850 diesels. Seulement 11 voitures d’écart, cela suffit pour que pour le second mois consécutif, on puisse affirmer que les véhicules électriques battent les véhicules diesel en France.

Enfin, dans le TOP 20 des immatriculations des voitures électriques du mois d’octobre en France, deux modèles d’une même marque font une apparition remarquée. MG a réussi à placer la nouvelle MG4 et le Marvel R dans le classement. Quelque chose nous dit que l’on va probablement retrouver la MG4 assez régulièrement dans ce classement sur les mois à venir.

nouvelle MG4 // Source : MG
la nouvelle MG4 entre directement dans le top 20 // Source : MG

Pour le reste du classement, il n’y a que peu de changements sur les noms des principaux concurrents que l’on y retrouve. Seuls les volumes sont très différents du mois dernier. Par exemple, Dacia Spring qui était à la troisième place au mois de septembre avec 2 170 immatriculations chute à la dixième place avec seulement 550 voitures immatriculées en octobre.

ModèleImmatriculations
octobre 2022
Évolution
de la position
dans le classement
Peugeot e-2082 350+3
Renault Megane-E2 109-1
Fiat 5001 276+3
Tesla Model 31 256-2
Renault Twingo8100
Peugeot e-2008642+3
Renault Zoe635+1
Volkswagen ID.3602+2
Hyundai Kona551+3
Dacia Spring550-7
Tesla Model Y534-4
Mini Cooper SE433-1
Opel Corsa-e303+10
Volkswagen ID.42780
Volvo – XC402700
M.G.  MG4263nouveau
Citroën E-C4248-1
DS DS3 Crossback230+2
M.G. Marvel R224+5
Kia EV6223-1