Pour faciliter votre quotidien, les constructeurs automobiles multiplient les apps disponibles sur leur système d’infodivertissement. Tesla a ouvert la voie et on assiste maintenant à une surenchère de services proposés, dont une application d’audioconférence. Peut-être celle de trop.

Lynk & Co est un constructeur automobile qui veut marquer sa singularité. La marque, du groupe chinois Geely, propose des voitures d’abord pensées pour permettre leur location, sans engagement de durée. L’idée est aussi de les proposer en partage à la demande. Lynk & Co se démarque une nouvelle fois, en annonçant le 27 juillet 2022 l’intégration d’une application d’audioconférence dans ses véhicules.

Il y a un temps, pas si lointain, où les voitures étaient juste équipées d’une radio et éventuellement d’un GPS. Depuis, la technologie a énormément progressé. Les voitures disposent désormais de leur propre connexion internet et proposent de plus en plus de services connectés. Tesla a même lancé une nouvelle tendance en intégrant en plus tout un univers de loisirs avec Spotify, Youtube, Netflix et même des jeux. Généralement, ces applications sont surtout prévues pour combler les temps de pause, liées à la charge d’un véhicule électrique. Lynk & Co propose de son côté de transformer votre voiture pour qu’elle devienne la continuité de votre espace de travail, et cela soulève quelques interrogations.

A-t-on vraiment besoin d’une telle application de réunion à bord des véhicules ?

La nouvelle application de réunions, intégrée dans les Lynk & Co 01, permet d’assister à toutes ses réunions Microsoft Teams. L’application adaptée au système du véhicule s’appuie sur la solution Microsoft Azure Communication Services. Si elle offre l’interopérabilité avec Microsoft Teams, ce n’est pas le cas avec les autres solutions de conférences en ligne, telles que Zoom et autres Google Meet.

Lynk&Co_teams2
En réunion Teams, au volant de sa Lynk & Co 01. // Source : Lynk & Co

Il faut dire que Microsoft Teams est très utilisé dans les entreprises qui dépendent de l’environnement Windows/Microsoft. Pas de chance pour toutes les startups qui font plutôt confiance aux solutions Google. Au moins, vous aurez une bonne excuse de ne pas participer à une conférence en ligne depuis votre voiture.

Car la question de fond qui se pose est probablement : est-ce normal d’avoir à participer à une réunion en ligne depuis sa voiture ? Alors que vous êtes bloqué dans des bouchons exceptionnels, l’application peut dépanner pour ne pas manquer une réunion importante, sans avoir à manipuler son téléphone pour rejoindre un appel. Mais un usage régulier semble parfaitement déconseillé. Cette possibilité, même pour des professions commerciales amenées à beaucoup rouler, semble aller contre le bon sens. D’ailleurs, étrangement, la vidéo promotionnelle de Lynk & Co promeut les dérives de ces réunions en ligne.

Une distraction supplémentaire au volant

Le téléphone au volant est déjà une importante source de distraction. Même sans avoir le téléphone en main — car rappelons-le, sa manipulation est interdite au volant par le Code de la route (article R412-6-1) –, les discussions déconcentrent le conducteur.

Quoiqu’en disent les plus adeptes des appels depuis leur voiture, ce n’est pas l’idéal et cela multiplie par 3 les risques d’accident. Alors, imaginez si vous devez vous concentrer sur le contenu d’une réunion professionnelle, dans laquelle vous devez participer, pendant que vous êtes dans la circulation. C’est une prise de risque souvent injustifiée, du moins tant que les voitures ne sont pas devenues à conduite autonome. Les trajets domicile-travail doivent pouvoir rester un moment de transition entre vie professionnelle et vie personnelle. D’ailleurs, si vous avez un accident durant ce trajet en tant que salarié, vous avez 24 heures pour signaler cet accident de trajet.

Il n’y a pas vraiment d’encadrement juridique autour du développement de certaines de ces applications embarquées. Le fait qu’il s’agisse d’une solution d’audioconférence, et non de visioconférence, permet à l’application d’être utilisée comme une alternative au téléphone via le système main libre du véhicule. Pour autant, cela semble une fausse bonne idée de la part de Lynk & Co, surtout pour des véhicules avec lesquels les utilisateurs n’ont pas vocation à être des propriétaires.