L’effondrement de l’UST et du LUNA a mis à mal l’économie des cryptos. Et a, au passage, ruiné quelques entreprises et de nombreux investisseurs du secteur. Mais de là à être « pauvre à nouveau »… Il y a un pas trop grand, que Changpeng Zhao a franchi un peu rapidement.

« Pauvre à nouveau ». C’est ce qu’a tweeté le 17 mai Changpeng Zhao, dit CZ, le fondateur de la plateforme d’échange de crypto Binance. L’entrepreneur retweetait un article de Fortune dans lequel il était question de l’investissement massif de l’entreprise dans la crypto-monnaie LUNA. Le journal révélait que la plateforme possède en tout 15 millions de LUNA, ce qui représentait jusqu’au début du mois de mai 1,6 milliard de dollars.

Mais depuis, le LUNA et sa crypto-monnaie soeur, l’UST, ont perdu quasiment toute valeur, et les 15 millions de LUNA valent désormais… à peine 2 200 dollars. Le krach des deux crypto-monnaies a pris tout le secteur de court : avant sa chute, le LUNA était l’une des crypto les plus populaires, et l’UST, une stablecoin, était indexée sur le prix du dollar. Toutes les deux étaient vues comme des investissements relativement peu risqués — et beaucoup d’investisseurs et d’entreprises ont tout perdu en quelques jours.

Sa fortune est estimée à 14 milliards de dollars

Jusqu’au début du mois de mai, tout allait pourtant bien pour la blockchain Terra et son écosystème : sa crytpo-monnaie native, le LUNA, et son stablecoin algorithmique, l’UST. Quelques jours avant le krach, le LUNA s’échangeait encore pour 80 dollars et l’UST était toujours indexé sur le dollar, ce qui faisait d’eux des projets extrêmement populaires. Mais l’indexation de l’UST sur la monnaie américaine se faisait grâce à un système de mint and burn : il n’y avait pas d’actifs collatéraux, comme avec le Tether.

C’est ce manque de collatéraux qui a posé problème : un phénomène de vente panique d’UST le 9 mai a fait perdre son indexation au stablecoin, et sa valeur a commencé à chuter. Afin de retrouver le niveau du dollar, les équipes du projet Terra ont décidé de sacrifier le LUNA, et ont créé de très nombreuses nouvelles unités de la crypto-monnaie, ce qui a fait que son prix s’est effondré. Il est aujourd’hui de 0, 0001343 dollar. Cet effondrement éclair a touché tous les investisseurs et tous les propriétaires de la crypto, qui ont parfois vu leurs économies entièrement détruites.

Changpeng Zhao est-il vraiment devenu pauvre avec le krach ? Le tweet du fondateur de Binance est à prendre avec du recul. Tout d’abord, l’investissement n’était pas fait en son nom : c’était l’entreprise qui avait acheté les tokens. Ensuite, la plateforme de trading se porte très bien : son investissement dans LUNA ne représentait qu’une petite part de ses fonds. CZ est de plus très loin d’être pauvre : Bloomberg estime sa fortune personnelle à plus de 14 milliards de dollars. Changpeng Zhao et Binance se portent donc plutôt bien.

forbes_cover
Binance // Source : Numerama

Mais Binance n’était pas la seule plateforme a avoir acheté de ces cryptos : de très nombreuses entreprises et particuliers avaient investi dans l’écosystème Terra. Le média Insider estime ainsi que le krach de l’UST et de LUNA a entrainé la destruction de 50 milliards de dollars, un énorme gouffre financier. Pour des géants comme Binance et CZ, la somme n’est pas si impressionnante que cela : l’entrepreneur s’assoit toujours sur une colossale fortune. Mais pour des petits investisseurs, il s’agit d’une catastrophe.

C’est pourquoi CZ a pris la parole pour encourager les fondateurs du projet Terra, en charge de l’UST et du LUNA, à rembourser en intégralité les portemonnaies les plus petits — et Binance en dernier. « Il faut montrer l’exemple et protéger les utilisateurs », a-t-il écrit sur Twitter le 16 mai. « Binance demande au projet Terra de compenser les particuliers en premier

Pour l’instant, les équipes de Terra n’ont pas précisé si elles allaient procéder au remboursement total des plus petits investisseurs. Elles ont cependant publié une proposition pour sauver l’écosystème et mettre en place une blockchain « Terra 2.0 », qui donnerait aux investisseurs accès à de nouvelles unités de crypto-monnaies.

Les propriétaires de LUNA et d’UST ne savent pour l’instant pas s’ils seront remboursés intégralement. L’assurance de recevoir de nouveaux jetons de crypto-monnaie n’est pas une garantie de revenu : il n’est pas sûr que le projet puisse repartir après une telle débâcle. Certaines figures du monde des crypto, comme Justin Sun, le fondateur d’un stablecoin, ont promis d’aider les plus petits investisseurs avec leur fortune personnelle — mais cela ne sera certainement pas assez pour récupérer les 50 milliards de perte.