Twitter abandonne complètement son algorithme de recadrage automatique des photos. Accusé de privilégier les personnes blanches au détriment des autres, l'outil avait déjà été abandonné sur Android et iOS. Il ne sera désormais plus utilisé, non plus, sur la version web.

C’est une modification en apparence anecdotique sur Twitter, mais qui entend éviter de nouvelles maladresses. Dans un message publié le 10 novembre, le réseau social a fait savoir que son outil de visualisation des photos n’affichera plus simplement une portion des images dans les tweets, sous la forme d’aperçus, mais bien les clichés dans leur intégralité.

L’annonce faite par le site communautaire concerne précisément la version web de son service, c’est-à-dire celle qui est visitée par les internautes depuis un ordinateur ou, plus rarement depuis un mobile, mais sans passer par l’une des applications dédiées. Elle fait suite à une mesure qui s’applique déjà sur Android et iOS depuis début mai 2021. En clair, l’affichage des images est maintenant uniformisé.

Une sélection de visages qui a choqué

L’abandon global du recadrage automatique des images sur Twitter signe de facto la défaite de l’algorithme qui a été conçu en ce sens, en 2018. Celui-ci devait initialement évaluer la partie du cliché qui semblait la plus pertinente à mettre en avant, selon des règles obscures, en ciblant un segment de la photo. Seulement, la mise en pratique s’est avérée difficile et source de controverses.

À l’automne 2020, des internautes ont découvert que l’algorithme, lorsqu’il était face à des photos affichant des visages noirs et des visages blancs, optait plutôt pour un recadrage sur ces derniers, les mettant alors davantage en avant que les autres. Des tests avaient montré que cette préférence revenait même lorsque la position des visages blancs et noirs changeait (l’un en haut et l’autre en bas, et inversement).

Cette expérience avec la photo du sénateur blanc McConnell et de l’ancien président noir Barack Obama a démarré la polémique. // Source : Twitter/bascule

Enquêtant sur le sujet, Twitter avait admis sur son blog que « découper automatiquement les photos peut potentiellement faire du mal  », puisque l’algorithme est amené à choisir une portion de l’image, au détriment des autres. Le site s’était montré en revanche plus prudent sur la qualification du problème, ne reconnaissant pas de biais dans l’outil : « nos analyses n’ont pas montré de biais raciaux ou de genre ».

Si Twitter assure que son outil ne se montrait pas particulièrement partial, le fait est que le site a préféré y mettre un terme. Il a ainsi commencé à réfléchir à des solutions de remplacement pour l’affichage des images et, en 2021, a abandonné ce recadrage. D’abord sur mobile, donc, et cette fois sur le web.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo