Pas de répit pour les mineurs d'Ethereum en ce moment, début novembre 2021. La puissance de calcul mondiale affectée au minage de cette cryptomonnaie a battu des records.

850 mille milliards de hashs par seconde. C’est la puissance de calcul vertigineuse qui est désormais affectée, dans le monde, au minage de la cryptomonnaie Ethereum. Pour donner un ordre d’idée, la carte graphique RTX 3070 Ti offre un hashrate de 80 MH/s (qui tombe à 40 Mh/s dès que le système anti-minage s’active). Autant dire, donc, que le minage de l’ether occupe du monde et des machines en ce moment.

Mais pourquoi la puissance de calcul (ou hashrate) affecté au minage d’ether grimpe-t-elle autant ces derniers temps ? C’est notamment lié au fait que le cours de la crypto bat lui aussi des records en ce moment. Le 2 novembre 2021, il a ainsi atteint un niveau historique, en s’établissant à 4 584 dollars (environ 3 960 euros).

Le cours de l’Ethereum poursuit sa forte ascension. // Source : CoinMarket Cap

L’Ethereum bat des records

Certes, on est encore loin du cours du bitcoin qui a lui aussi battu tous les records en octobre 2021, en franchissant momentanément le seuil de 66 000 dollars. Mais c’est très loin au-dessus de la 3e crypto la plus haute en ce moment, le Binance Coin, qui s’établit actuellement à 547 dollars.

Forcément, comme les mineurs d’Ethereum sont rémunérés en Ethereum, plus celui-ci vaut cher, plus leur travail est rentable. Comme le révèle le média The Block, ils ont ainsi empoché 1,85 milliard de dollars de revenus le mois dernier, dépassant les mineurs de bitcoin à ce classement pour le sixième mois d’affilé.

Même si le bitcoin attire beaucoup l’attention, les amateurs de crypto savent d’ailleurs bien que l’Ethereum a lui aussi connu une excellente année. Malgré un coup de mou en juillet (période pendant laquelle son cours a chuté à 1 900 dollars), son cours a été multiplié par six en un an.

Un « pas en avant » vers la preuve d’enjeu

Nous vous en parlions il y a quelques mois, l’Ethereum est par ailleurs en train de mener une transition de grande envergure qui doit le faire basculer vers la preuve d’enjeu, un mode de fonctionnement censé être 99 % moins énergivore que le système de la preuve de travail sur lequel est notamment basé le bitcoin. Et le fait est que cette transition semble bien avancée. La semaine dernière encore, le déploiement réussi de la mise à jour Altair a rapproché encore un peu plus la fondation Ethereum de son objectif final.

Le coordinateur de l’équipement de développement du protocole Ethereum, Tim Beiko, a ainsi confirmé à CNBC que cette mise à jour était un important « pas en avant » vers la migration de l’Ether à la preuve d’enjeu. Il reste encore bien des étapes avant celle-ci : la transition complète n’est prévue qu’en 2022. Mais ces petites avancées successives constituent potentiellement un signal rassurant pour les investisseurs crypto.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo