Google Meet expérimente à plus large échelle une fonction permettant de traduire à la volée, et par écrit, ce que raconte un interlocuteur en anglais. À terme, d'autres langues devraient être prises en charge.

Si vos réunions avec vos collaborateurs étrangers sont un calvaire parce qu’elles se déroulent en anglais, vos souffrances pourraient prochainement prendre fin — en tout cas, sur Google Meet. En effet, le service de visioconférence du géant du web a débuté le déploiement d’une nouvelle fonction capable de capter les propos de l’interlocuteur, dans sa langue, puis de les traduire et de les retranscrire dans la vôtre.

En clair, Google Meet se dote des outils adéquats pour produire, automatiquement et en temps réel, des sous-titres pour comprendre votre correspondant. Mais pour l’heure, il s’agit d’un déploiement encore modeste : l’option entre tout juste en bêta et ne vise que certains comptes éligibles (Google Workspace Business Plus, Enterprise Standard, Enterprise Plus, Education Plus, et Teaching & Learning Upgrade).

Seul l’anglais est géré en langue de départ

La variété des traductions est, elle aussi, encore restreinte. Il n’est question que de l’anglais comme langue de départ et de seulement quatre langues d’arrivée : l’allemand, l’espagnol, le portugais et le français. Google ne dit rien sur une traduction et retranscription en sens inverse, par exemple du français vers l’anglais, ou même du français vers l’allemand. Et rien non plus sur les autres langues.

On peut toutefois tabler sur une fonctionnalité qui s’étoffera avec le temps, afin d’inclure beaucoup plus de combinaisons linguistiques, puisque Google fait de cet outil un levier pour permettre aux appels en visio « d’être plus globaux, plus inclusifs et plus efficaces en éliminant la capacité linguistique comme obstacle à la collaboration ». La seule question reste le calendrier.

Google Meet nouvelle génération // Source : Google

Outre les collaborateurs, cette fonctionnalité pourrait être pratique pour bien d’autres personnes, bien au-delà de l’anglais : des clients se trouvant dans d’autres pays pourraient en bénéficier, tout comme des étudiants suivant des cours à distance. Des expatriés aussi pourraient en profiter. Il y a bien des langues qui sont peu comprises et qui bénéficieraient beaucoup d’un tel outil.

Google planche depuis un moment sur ce sujet. Meet n’est pas le seul service à profiter de ses travaux : YouTube est aussi un terrain d’expérimentation, que ce soit pour les titres ou bien directement pour écouter ce qui est dit à l’écran et proposer soit une transcription en anglais, voire dans la langue de l’utilisateur. Et les progrès accomplis ici peuvent ensuite profiter ailleurs.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo