Google planche sur une mise à jour de son application de traduction qui permet de traduire et de coucher sur papier, en temps réel, n'importe quel discours prononcé à voix haute dans une autre langue. Mais ce service n'en est qu'à ses balbutiements.

En matière de traduction en ligne, peuvent venir en tête DeepL, qui s’avère être d’une redoutable efficacité dans certaines langues européennes, et Google, qui a pour lui une plus grande variété de langages, mais surtout des fonctionnalités très pratiques pour se faciliter la vie, notamment en voyage (mode hors ligne, fonctionnement avec Maps ou même traduction de voix à voix).

Et c’est justement sur le terrain de la praticité que l’on devrait très bientôt avoir des nouvelles de Google.

Selon The Verge, qui a pu assister à quelques démonstrations technologiques à San Francisco le 28 janvier, son outil de traduction sera capable de transcrire en temps réel une langue entendue à haute voix, mais dans une autre langue. Par exemple, il sera possible de laisser l’application coucher directement sur papier, et en français, un discours prononcé par un orateur anglais.

L’application Google Traduction pour mobile.

Une appli encore au stade du prototype

Nos confrères ne disent pas quelles ont été les langues ayant servi à donner un aperçu des travaux de l’entreprise américaine, mais peut-être que ce type de détail sera livré lors d’une présentation en bonne et due forme du service, par exemple lors de la prochaine édition de la conférence Google I/O ? Celle-ci doit avoir lieu le 12 mai, ce qui laisse un peu de temps au groupe pour peaufiner sa technologie.

Aucun calendrier, même approximatif, n’a été communiqué quant au déploiement de ce service. Google préfère rester très évasif, la transcription multilingue en temps réel est ardue à accomplir — sinon, elle serait déjà fournie dans l’application, après tout. D’ailleurs, précise The Verge, l’application est encore à l’état de prototype, c’est-à-dire loin des critères de qualité pour le grand public.

Il n’a été question que de l’application pour Android, mais on doute que la déclinaison pour iOS soit laissée de côté. Google prévoit dans un premier temps que cet outil aura besoin d’une connexion à Internet active pour fonctionner. Cependant, en fonction des progrès de la firme de Mountain View, une mouture hors ligne n’est pas à exclure. Idem pour le support des fichiers audio, qui n’est pas prévu pour l’instant.

Partager sur les réseaux sociaux