La Chine avait porté un coup sévère au minage de bitcoin, en faisant fermer les fermes crypto sur son sol. Les mineurs semblent cependant avoir rapidement trouvé de nouveaux points de chute.

Que deviennent les mineurs de bitcoin ? Le printemps a été douloureux pour la communauté crypto. La Chine qui abritait la majorité des fermes à bitcoin (entre 65 et 75 % du minage mondial) a pris des mesures drastiques contre ces activités en juin. Après avoir renforcé la réglementation dans ce domaine, elle a décidé de… couper l’électricité aux mineurs. Des mesures chocs qui ont été un vrai séisme dans le secteur. Depuis la géographie du minage se reconfigure complètement, avec des mineurs qui se cherchent des destinations plus accueillantes. C’est ce que certains amateurs de bitcoin appellent le « grand exode ».

Et d’après les derniers chiffres, cette migration avance rapidement. Un des indicateurs qui permet de s’en apercevoir est le hashrate mondial du bitcoin, c’est-à-dire la puissance de calcul affectée au minage de cette cryptomonnaie dans le monde. Celui-ci avait chuté de façon vertigineuse, passant de 180 EH/s (exahash par seconde) mi-mai à 90 EH/s début juillet. Il a cependant rebondi de manière significative depuis : le 9 septembre 2021, il se situait à 135 EH/s, révèle le média spécialisé The Block. Cela signifie que les mineurs se reconnectent progressivement au réseau et que celui-ci a déjà récupéré la moitié de ce qu’il avait perdu, à la suite des pressions en Chine.

Plus bienvenus en Chine, les mineurs de bitcoin déménagent leurs fermes crypto. // Source : Lucas George Wendt / Unsplash

Les mineurs rallument leurs machines

Il est vrai que beaucoup de pays ont montré un fort intérêt pour les cryptomonnaies. Des États américains ont multiplié les gestes pour attirer les sociétés spécialisées dans le minage de cryptomonnaies. Le Texas a, par exemple, passé des réglementations favorables à ce sujet. Le Salvador a quant à lui déroulé le tapis rouge au bitcoin en votant une loi qui lui est extrêmement favorable : le pays est ainsi devenu le premier État du monde à le reconnaitre comme monnaie officielle. Un pari très risqué, mais avec lequel le président Nayib Bukele espère attirer des investisseurs.

Beaucoup de mineurs de bitcoin ont aussi posé leurs valises au Kazakhstan. Un choix peu surprenant vu la proximité géographique du pays avec la Chine, mais hélas très négatif sur le plan environnemental. Le minage de bitcoin consomme en effet beaucoup d’électricité or, au Kazakhstan, celle-ci est produite majoritairement par des centrales à charbon. Cela signifie que le minage de bitcoin dans ce pays génèrera beaucoup de gaz à effet de serre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo