Free vient de dévoiler sa toute nouvelle offre de locations de smartphone. Si vous êtes intéressés, voici les quelques détails à garder en tête avant de vous lancer.

Ce mardi 6 juillet, Free vient de dévoiler sa nouvelle offre Free Flex qui cherche à mettre un peu de « transparence » dans vos factures téléphoniques. Plutôt que de fondre le prix d’achat d’un mobile dans celui d’un forfait, l’opérateur souhaite décorréler les deux facturations, en permettant à sa clientèle de louer un mobile sur 24 mois avec des mensualités distinctes de celles du forfait.

L’idée de Free est d’éviter de faire gonfler le prix des forfaits, qui finissent après un certain temps par coûter beaucoup plus cher que le prix du téléphone. Mais le programme de location avec options d’achat (LOA) de Free est-il véritablement intéressant ?

Paie-t-on vraiment le prix comptant ?

Selon le communiqué de Free, « le prix total payé avec Free Flex est le même qu’en le payant en une fois au comptant ». Pas d’entourloupe donc, vous ne paierez pas plus cher votre mobile que si vous l’aviez acheté sans aide. Mais il y a tout de même quelques nuances à apporter.

Premièrement, le mobile ne vous appartient pas automatiquement au bout des 24 mois. Comme les petites lignes du contrat l’expliquent bien, « à l’issue des 24 mois, vous avez le choix entre restituer votre mobile ou l’acquérir en versant le montant de l’option d’achat ». Si vous ne vous décidez pas, il y aura « prorogation tacite du contrat pour des périodes successives d’un mois ».

Autrement dit, sans intervention de votre part vous continuerez à payer des frais de location alors même que vos mensualités ont remboursé une partie importante du mobile. Au bout de quelques mois, il vous reviendra plus cher de continuer à louer que d’exercer votre option d’achat. Il faudra donc être attentif puisqu’aucun mécanisme d’alerte n’est prévu quand vous arrivez à la fin de vos 24 mois.

Est-ce un bon plan ?

Si vous résiliez votre contrat au bout des 24 mois, vous ne devriez donc pas payer plus cher que si vous aviez acheté le téléphone au moment de votre souscription. Mais étaler son paiement sur 24 mois a aussi quelques désavantages. Si vous décidez de louer le Redmi 9A par exemple, vous paierez 35 € en premier versement, puis 2,99 € par mois pendant 24 mois et 12 € d’option d’achat si vous souhaitez garder le mobile. Coût total de l’opération : 118,76 €, soit le prix de vente conseillé du mobile.

Sauf que de nombreux mobiles Android voient leur prix chuter après les premiers mois de commercialisation. Le Redmi 9A se trouve par exemple déjà à moins de 100 € sur certains sites. Au bout de 24 mois, vous aurez donc probablement payé plus cher que si vous aviez acheté le téléphone en une seule fois en profitant d’un bon plan.

L’offre Free Flex est déjà accessible sur Internet et en boutique // Source : Free

Enfin, et ce n’est pas à négliger, le prix du premier versement nécessaire à la location de certains mobiles tient compte des promotions en cours. Pour louer un Galaxy S21 par exemple, Free explique qu’il faudra verser 179 € en guise de premier loyer. En réalité, une personne intéressée devra payer 279 € à Free et pourra ensuite demander une offre de remboursement de 100 € à Samsung (offre valable jusqu’au 15/08/21). Dans les faits, il faudra donc sortir d’emblée les quasi 300 € avant de se faire rembourser 100 € dans un second temps.

Que se passe-t-il en cas de problèmes ?

L’ancienne offre de location de Free avait été au cœur d’une polémique en 2019, quand l’UFC-Que Choisir avait décidé d’attaquer Free à cause de frais abusifs exercés en cas d’arrêt de l’offre. L’association de défense des consommateurs estimait que l’opérateur facturait parfois sans preuve des frais d’usure du smartphone.

Sur le sujet, Free nous a indiqué cette fois que «  si l’abonné souhaite restituer son mobile plutôt que le conserver, seuls les dommages imputables à une mauvaise utilisation (hors pannes ou usure) sont soumis à une indemnisation, qui est plafonnée au montant de l’option d’achat au maximum ». Et en cas de soucis durant la période des 24 mois, « l’abonné a la possibilité de faire réparer son mobile dans un réseau partenaire ou sélectionner un autre smartphone après avoir soldé le reste à régler. »

Nul doute que l’UFC-Que Choisir restera attentif aux pratiques de Free sur le sujet.

Finalement, ça vaut le coup ?

L’offre de Free respecte la promesse de «  transparence  » puisque la location est belle et bien indépendante du forfait. À tel point qu’il est tout à fait possible de résilier son forfait Free tout en continuant à profiter de l’offre de location proposée par l’opérateur.

Mais au-delà des problématiques de transparence, économiquement l’offre de location de Free ne révolutionne pas grand-chose. Étaler le paiement sur 24 mois permet de s’offrir un mobile haut de gamme avec plus de facilité, mais il faut avoir conscience des limites du système et bien lire les petites lignes.

Free Flex est taillé pour le public qui veut s’offrir un téléphone, sans se préoccuper de la chasse aux bons plans, et qui reste attentif aux frais mensuels liés à de tels programmes.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.

C'est sûr : vous payez votre forfait 4G trop cher

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo