Les AirTag d'Apple sont passés sous les mains expertes de iFixit et leur démontage a révélé des secrets de fabrication intéressants, notamment en ce qui concerne son volet sonore.

Apple a toujours été obsédé par la qualité sonore et rien ne le prouve mieux que son dernier gadget : le AirTag. Cela peut paraitre étrange, mais la petite balise connectée d’Apple fait appel à des trésors d’ingénierie pour produire le son le plus harmonieux possible.

Pas de haut-parleur dédié

Comme l’a remarqué iFixit lors du démontage de l’appareil, l’AirTag n’a pas de haut-parleur à proprement parler, contrairement aux SmartTag de Samsung ou aux balises Tile. Et pourtant l’accessoire est tout à fait capable de produire un son, comme vous pouvez le voir sur la vidéo ci-dessous, tournée par Numerama.

C’est parce qu’en réalité, l’AirTag EST un haut-parleur.

Comme on peut le voir sur les photos de iFixit, la technique utilisée par Apple pour permettre aux AirTag de produire du son est assez ingénieuse. Au sein de la petite balise ronde se situe une bobine électrique qui va faire bouger l’aimant collé au capot en plastique qui héberge la batterie. C’est ce mouvement du corps entier du AirTag qui lui permet d’émettre du son sans avoir besoin d’un haut-parleur dédié, le boitier lui-même faisant office de diaphragme.

Au-dessus, l’aimant qui va faire bouger la couche de plastique auquel il est attaché, grâce à l’impulsion électrique délivrée par la bobine visible sur la partie inférieure // Source : iFixit

Dans l’esprit, ce genre de technique rappelle celle employée par les télés de Sony et leur technologie Acoustic Surface, qui produit du son en faisant vibrer la dalle elle-même. Mais pourquoi Apple a-t-il fait ce choix si complexe plutôt que d’embarquer un haut-parleur dédié, comme le font ses concurrents ?

Une histoire de qualité sonore

La technique de l’aimant a d’abord un avantage certain : elle est moins encombrante, puisqu’elle n’exige pas de transducteur dédié (le composant qui transforme le signal électrique en signal sonore). Le corps de l’appareil faisant lui-même office de haut-parleur, il est possible de gagner de la place dans la construction de l’objet. C’est d’ailleurs pour cela que l’AirTag parvient à être si compact.

L’autre raison que l’on peut deviner, c’est que cette technique produit une meilleure qualité sonore que les haut-parleurs piézoélectriques qu’embarquent les Tile ou les SmartTag de Samsung. Ces haut-parleurs d’un type bien particulier, que l’on retrouve typiquement dans des jouets pour enfants ou dans des buzzers d’immeuble par exemple, ont une amplitude de mouvement très faible ce qui ne leur permet pas de restituer élégamment tout le spectre sonore (notamment les bas médiums).

La technique employée par Apple pour faire sonner le AirTag offrant plus d’amplitude, la qualité s’en trouve améliorée. En revanche, comme le note iFixit, les haut-parleurs piézoélectriques des Tile et des balises Samsung produisent souvent un son plus fort qui peut faire la différence si vos clés sont perdues entre des coussins de canapé. Mais Apple a privilégié la qualité sonore au volume sur les Airtag, une décision tout à fait en accord avec les obsessions du constructeur.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo