Visiblement, l’appel d’air créé par Epic Games fait des émules. Facebook tente désormais d’afficher la commission prise par Apple sur chaque transaction. Apple a bloqué la mise à jour de Facebook.

La bataille de communication lancée par Epic contre Apple avec Fortnite inspire d’autres entreprises à jouer avec les règles de l’App Store. Facebook, par ailleurs passablement agacé par un Apple qui lui laisse de moins en moins d’accès aux données personnelles de ses clients, a décidé de provoquer l’entreprise de Tim Cook dans une future mise à jour de son application. Comme Epic, Facebook souhaite mettre en avant les commissions de l’App Store, estimant que la commission est indue.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

paid_online_events_payment_flow

Dans le montage ci-dessus, Facebook montre en une petite phrase sur l’iPhone à gauche ce qu’Apple perçoit sur la transaction : « Apple prend 30 % de commission sur cet achat », peut-on lire. À l’opposé, sur l’autre capture d’écran, Facebook précise « Facebook ne prend aucune commission sur cet achat ». Tout observateur verra poindre aisément la grosse ficelle de communication : Facebook veut non seulement pointer du doigt une pratique de l’App Store et montrer que, lui, dans son écosystème ne prélève rien sur ces transactions.

C’est vrai, mais cela biaise tout à fait le jugement, faisant croire que Facebook ne pratique pas de commission dans son modèle d’affaires. En réalité, le réseau social de Mark Zuckerberg peut se permettre de déployer certaines fonctionnalités en assumant seul les coûts de développement et de mise en relation, parce que ce n’est pas ces fonctionnalités qui sont au cœur de son business. Contrairement à Apple, qui vend des produits et l’accès à ces produits par l’App Store, Facebook commercialise de la publicité et un accès aux données personnelles de ses utilisateurs pour mieux les cibler.

Et si l’on prend pour exemple l’un des formats publicitaires de Facebook, on se rend compte que le réseau social applique chez lui les mêmes règles qu’il critique chez Apple. Si un créateur de contenu souhaite publier une vidéo sur Facebook et la monétiser avec de la publicité, Facebook prend 45 % des revenus publicitaires générés par la vidéo. C’est 15 % de plus qu’Apple sur l’App Store, pour un service par essence similaire.

Quoi qu’il en soit, la soudaine provocation de Facebook n’a pas été appréciée à Cupertino qui a bloqué la mise à jour contenant cette mention, affirmant qu’elle n’avait pas d’intérêt pour l’utilisateur. Facebook a, de son côté, confirmé qu’il chercherait un autre moyen d’afficher cette commission.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !