Aux côtés de la WWDC virtuelle, Apple lance en 2020 un concours de développement sur Swift Playgrounds adressé aux étudiants. L'accessibilité de l'environnement de développement fait qu'il n'est pas réservé aux seules filières dédiées à l'informatique.

« Quand je vois ces adultes si grands marcher sur le campus alors qu’ils sont arrivés ici il y a 10 ans pour un stage étudiant, je me rends compte à quel point j’ai passé du temps dans cette entreprise  », lance Esther Hare, responsable du marketing auprès des développeurs chez Apple, lors d’une visioconférence. Nous lui posions alors la question de savoir si les étudiantes et les étudiants qui suivaient des cursus de développement en partenariat avec Apple finissaient par rejoindre l’entreprise. Pour eux et pour tous ceux qui suivent en ce moment un cursus universitaire chamboulé par la pandémie de coronavirus, Apple a lancé un concours adressé à ces étudiants du monde entier qui aimeraient se faire remarquer lors de l’une des conventions de développeurs les plus suivies : le Swift Student Challenge.

Qu’est-ce ce défi ? Un concours avant tout honorifique (les prix sont une veste et un pin’s collector), qui consiste à créer une expérience démontrable en trois minutes dans Swift Playgrounds, l’application d’initiation au développement disponible sur iPad et sur Mac. Elle doit être accompagnée de quelques précisions pour définir son idée, à écrire en anglais, et s’adresse en Europe aux adolescents de plus de 16 ans scolarisés dans n’importe quel cursus, technologique ou non. Les soumissions doivent être faites avant le 18 mai en France.

Collaboration et créativité

« C’est une manière pour nous de récompenser la créativité des jeunes et de les inciter à la collaboration  », précise Esther Hare. Car si le défi doit reposer sur un projet personnel, en pratique, Apple a vu naître lors des précédentes WWDC de nombreuses collaborations : « une année, des jeunes qui avaient eu la même idée pour organiser les vélos dans leur communauté ont fait face aux mêmes problèmes et ont avancé ensemble  ». Côté matériel, Swift Playgrounds à l’avantage de tourner sur l’un des objets les moins onéreux de la gamme Apple : un iPad, qui se monnaie 389 € pour le grand public et peut profiter de remises pour les étudiants.

Le côté visuel et tactile de l’application est d’ailleurs l’un de ses points forts. Même si elle aborde tous les concepts du développement logiciel et des algorithmes, son interface est très directement code and play  : toutes les évolutions peuvent se tester en direct et chaque ajout côté code se traduit immédiatement en fonctions côté test. Des tutoriels et des scènes préconçues permettent de s’entraîner sur des exemples concrets avant de se lancer sur un projet from scratch et, web social oblige, tout est partageable. Et, comme les vraies applications, les applications Swift Playgrounds ont accès aux API avancées du système d’exploitation : si les premiers pas se font avec un traditionnel personnage à faire bouger (concept au cœur d’un petit Doodle de Google), on peut aller jusqu’à des applications en réalité augmentée ou des interfaces de contrôle de robots conçus pour interagir avec Swift.

Un exemple de projet Swift Playgrounds // Source : Apple

Du côté des juges, Esther Hare nous confie que la créativité et le concept de l’expérience seront au cœur des décisions. Pas la peine, donc, de se casser la tête à vouloir trop en faire : une idée simple, bien exécutée, accompagnée d’un code original maîtrisé séduiront plus qu’une usine à gaz. De même, « les technologies ne doivent pas résoudre uniquement des problèmes technologiques  », lance-t-elle, invitant les étudiantes et les étudiants issus de cursus littéraires ou artistiques à utiliser aussi ces nouveaux outils et à en faire des expériences qui correspondent à leurs sensibilités.

Les vainqueurs seront annoncés lors de la WWDC qui, pour la première fois en 2020, sera entièrement virtuelle et gratuite.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo