La semaine dernière, nous publiions un article sur les applications de génération d'attestations de déplacement disponibles sur le Play Store Android, dont certaines agrégeaient les données personnelles des utilisateurs pour de la pub ciblée. Depuis, Google les a toutes supprimées.

Il n’est désormais plus possible d’utiliser une application pour remplir ses attestations de déplacement : elles ont été supprimées du Play Store Android, a-t-on constaté ce 24 avril 2020. Les quelques applications, qui avait étés téléchargées plusieurs dizaines de milliers de fois la semaine dernière, étaient gratuites et n’avaient rien d’illégales. Elles rencontraient néanmoins de sérieux problèmes, que Numerama avait soulevés : certaines en profitaient pour installer des cookies et toucher des revenus publicitaires, et aucune ne pouvait assurer la sécurité des données renseignées par les utilisateurs. Surtout, elles n’étaient pas développées par un organisme officiel, mais par des particuliers. Pour ces raisons, nous déconseillions fortement leur utilisation.

Google a cette semaine décidé de supprimer ces applications. Dès le 18 avril, le lendemain de la parution de notre article, l’application « Attestation de déplacement », éditée par Jéméry Roustang, a été enlevée du Play Store. Il a reçu un mail de la part de la Google, expliquant que la plateforme n’autorisait pas « les applications tirant parti d’une catastrophe naturelle, une atrocité, un conflit, un décès ou tout autre événement tragique ».

Les applications générant des attestations de déplacement ne sont plus disponibles sur le Play Store Android // Source : Capture d’écran Numerama

Les futures applications devront être sanctionnées par le gouvernement

Dans un autre mail, envoyé au développeur de l’application « French Travel Certificate », l’entreprise américaine explique qu’elle n’acceptera les applications générant des attestations que si elles respectent un de ces critères : qu’elles aient été conçues par un organisme gouvernemental ou par une agence de santé ; que le développeur ait été commissionné par un organisme officiel ; ou que l’application ait reçu un accord officiel.

Une fois ces conditions remplies et en fournissant les documents nécessaires, les développeurs pourront à nouveau soumettre leur application. Contrairement à d’habitude, où les applications soumises au Play Store sont vérifiées par des algorithmes, elles feront donc l’objet d’un contrôle manuel.

En attendant la parution d’une application qui serait sanctionnée par l’Etat, il faut continuer d’utiliser le site officiel du Ministère de l’Intérieur.

Crédit photo de la une : Google

Partager sur les réseaux sociaux