La fondation Raspberry Pi va augmenter la production de ses nano-ordinateurs. Ils sont une piste envisagée pour alimenter un respirateur artificiel, un outil médical indispensable pour sauver des vies durant la pandémie de coronavirus.

Le monde a besoin de respirateurs artificiels et, depuis plusieurs semaines, des multinationales se démènent pour aider comme elles peuvent. On a par exemple vu Tesla en créer un à partir de pièces de voiture, alors que ce n’est pas du tout son domaine de prédilection. Dans un article publié sur Tom’s Hardware le 13 avril, on peut lire que la fondation Raspberry Pi souhaite aussi apporter son aide pendant la crise liée au coronavirus.

Ainsi, l’entreprise estime que ses nano-ordinateurs suffiraient pour alimenter un respirateur artificiel. Et elle a ainsi décidé d’augmenter son volume de production pour le deuxième trimestre de l’année (250 000 unités, contre 192 000). La demande est notamment forte pour le Raspberry Pi Zero, vendu aux alentours des 5 euros en France (en stock chez le revendeur en ligne officiel). Sa puissance, pourtant modeste, pourrait faire fonctionner un respirateur artificiel, selon Eben Upton, le CEO de Raspberry Pi. Le débat sur la faisabilité anime les forums officiels depuis la fin du mois de mars.

Raspberry Pi 2 // Source : Raspberry

Équiper les ambulances sans prendre trop d’espace

« Je pense que l’intérêt pour le Zéro est lié au fait qu’il offre suffisamment de puissance pour des équipements relativement peu gourmands comme l’est un respirateur (le contrôle des composants de gestion de l’air à une faible fréquence et la gestion d’une interface utilisateur simple) », indique l’intéressé. Il évoque également le facteur taille, qui peut permettre d’équiper les ambulances sans occuper un espace conséquent.

L’un des enjeux est de savoir si la fondation Raspberry Pi sera capable de fournir suffisamment de produits dans les jours à venir, au regard de l’urgence. La réponse semble positive : « Nous produisons pour stocker plutôt qu’en flux tendu, nous avons donc généralement des produits en stock ou sur le point d’être disponibles dans un délai très court », révèle Eben Upton. À sa connaissance, c’est la première fois que les Raspberry sont utilisés à des fins médicales. Un cas concret existe déjà en Colombie, où, selon une publication de la BBC datant du 13 avril, un respirateur artificiel conçu par un ingénieur en robotique s’apprête à être testé dans des hôpitaux de Bogota. Son projet associe un Raspberry Pi à d’autres éléments simples à trouver.

En plus de pouvoir servir pour du matériel médical, les Raspberry Pi ont d’autres utilités en période de confinement. Comme ces nano-ordinateurs sont des petites plateformes de développement polyvalentes et peu coûteuses, ils peuvent s’avérer précieux pour des télétravailleurs forcés, des étudiants privés d’école ou des passionnés qui veulent simplement s’occuper. Autant dire que les ventes se portent et devraient continuer à se porter très bien pour la fondation.

Partager sur les réseaux sociaux