Tesla a dévoilé un prototype de respirateur artificiel. Il a la particularité d'employer énormément de pièces en provenance de ses voitures électriques.

Passée la communication étrange d’Elon Musk, qui a d’abord minimisé l’ampleur de la pandémie de coronavirus, Tesla s’active maintenant pour aider les organismes sanitaires autant qu’il peut. Certes, les 1 000 respirateurs artificiels récemment envoyés aux hôpitaux ne sont pas du tout adaptés aux cas les plus graves. Mais, en parallèle, l’entreprise américaine travaille sur un dispositif bien plus évolué et susceptible de répondre à l’urgence des établissements. Il a présenté un prototype dans une vidéo diffusée le 5 avril.

«  Il y a encore du travail à faire, mais nous faisons notre possible pour s’assurer de pouvoir aider les gens », prévient néanmoins un ingénieur, qui ne fournit aucune date de lancement. Il faut comprendre que, pour l’heure, Tesla cherche différentes solutions pour aider à l’élan de solidarité. Et il semble vouloir mettre au point un respirateur artificiel à partir de plusieurs pièces de voitures — puisque c’est sa spécialité. 

Un respirateur artificiel avec un écran de Tesla Model 3

La courte présentation montre que Tesla a opté pour l’optimisation dans la conception de son prototype. Pour gagner un temps précieux, les ingénieurs mobilisés utilisent un maximum de composants des voitures — puisqu’ils les maîtrisent en termes de technologie, de fiabilité et de production. Cela permettra de toucher le moins possible aux lignes présents dans les usines puis d’assurer un volume d’assemblage conséquent. Les pièces automobiles sont associées à d’autres éléments médicaux (filtres, humidificateur).

On remarquera par exemple que le respirateur artificiel utilise l’écran tactile de la Model 3, toujours associé au hardware qui alimente habituellement le système d’exploitation et l’infodivertissement. Il y a par ailleurs l’utilisation de pièces liées à des fonctionnalités impliquant la régulation de l’air (système relié aux suspensions) et de la température (climatisation).

Respirateur artificiel Tesla (les éléments en orange sont des pièces de voiture) // Source : Tesla

Il est positif de voir Tesla mettre plus que sa plateforme logistique au profit d’une cause qui touche le monde entier. Il n’est pas la seule entreprise à le faire et on rappellera par exemple que Dyson a lui-aussi misé sur son expertise en matière de technologies liées aux propriétés de l’air pour concevoir son propre respirateur artificiel. D’autres acteurs fournissent leurs usines inoccupées pour permettre à des groupes spécialisés de produire davantage.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo