Des délais de production plus long et la fermeture des commerces chinois entraîne Apple à revoir à la baisse son chiffre d'affaires trimestriel envisagé.

Plus les jours passent et plus on comprend comment l’épidémie de coronavirus qui a émergé en Chine fin 2019 va toucher l’économie des nouvelles technologies, encore très dépendante du pays au niveau de la production. Le 17 février 2020, Apple a publié un communiqué à destination de la presse et des investisseurs, affirmant que les prévisions de résultats allaient être revues à la baisse pour le trimestre fiscal en cours. Dans cette communication qui cite bien entendu les mesures prises pour protéger les employés de la firme avant toute considération de productivité, Apple détaille les deux raisons pour lesquelles ses affaires seront moins bonnes que prévu.

Le coronavirus touche l’iPhone

La première raison est simple à comprendre et concerne en réalité toute l’économie de la tech. Ces dernières semaines, les usines chinoises ont fonctionné au ralenti. Par mesure de sécurité et pour éviter que le virus se propage, certaines ont fermé. Apple explique que même si ses usines ne sont pas dans la province de Hubei (le partenaire historique Foxconn est principalement installé à Shenzhen), leur fonctionnement n’a pas été nominal depuis début 2020. Elles seraient en train de retourner à leur vitesse de croisière ces derniers jours, mais cette transition est « plus longue que prévu  ».

Résultat : l’offre d’iPhone ne peut pas répondre à la demande. Les smartphones du géant américain sont livrés le plus vite possible, mais il n’en sort pas suffisamment des usines pour répondre aux clients. Un rapide tour sur l’Apple Store en ligne nous montre que ces soucis de stock touchent la France : si les iPhone Xr de 2019 et iPhone 11 Pro de 2020 semblent disponibles pour une livraison le lendemain, les iPhone 11, qui sont l’un des meilleurs choix pour le client à l’heure actuelle, ne seront livrés qu’entre le 24 et le 26 février.

Vérification du stock des iPhone // Source : Numerama

La deuxième raison est plus particulière à Apple. Ces dernières années, la firme de Cupertino a connu une énorme croissance en Chine, pays qui a dirigé ses ventes et pris le relai quand elles faiblissaient un peu partout dans le monde. Dans son communiqué, Apple rappelle que par mesure de sécurité et « en consultation avec des experts de santé  », toutes ses activités de vente sur le territoire ont été fermées. Les Apple Store et les boutiques partenaires ont fermé pendant toute la période et les établissements qui sont resté ouverts ont réduit leurs horaires par manque d’affluence. En résumé, les mesures de confinement ont eu raison d’une partie du commerce local.

Apple n’est pas un cas isolé

Pour Apple, ces deux faits permettent d’affirmer que les résultats du trimestre seront moins bons. Mais ce sera très probablement le cas de toute l’économie de la tech qui repose très largement sur la Chine pour sa production. Pour d’autres marques, l’annulation du Mobile World Congress sera le vrai coup dur : c’est le seul salon qui, en Europe, peut prétendre rassembler toute la presse et les acteurs de la distribution au même endroit, idéal pour des lancements de produits ou l’arrivée d’une marque. Typiquement, on s’attendait à ce que le géant chinois TCL annonce ses projets pour l’Europe, ayant la capacité de reprendre des parts à un Huawei de plus en plus hésitant.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo