Des publicités pour des écouteurs qui ressemblent comme deux gouttes d'eau à des AirPods, mais en noir, sont régulièrement publiées sur les réseaux sociaux. Mais d'où viennent-elles ? Que valent ces produits ?

Malgré les rumeurs, Apple n’a toujours pas sorti d’AirPods noirs. Pourtant, sur les réseaux sociaux, de nombreux influenceurs vous présentent des modèles de ce type. Ce sont évidemment des faux. Ils semblent avoir été achetés sur des sites de grossistes et sont revendus jusqu’à dix fois leur valeur initiale sur des plateformes douteuses.

Nous avons tenté de démêler le vrai du faux.

revo-technologies.com

Des publicités en stories

Si vous traînez souvent sur Instagram ou Snapchat, vous avez forcément déjà vu ces écouteurs sans fil aux airs d’AirPods dans des stories. Ils sont la plupart du temps noirs, mais aussi parfois blancs ou colorés… et sont proposés à des prix très attractifs. Ils valent en moyenne une cinquantaine d’euros (une centaine hors promotions), alors que le modèle d’Apple se vend entre 179 et 229 euros.

Plusieurs influenceurs qui ont des dizaines voire des centaines d’abonnés en recommandent. Ce fut le cas d’Emma CakeCup et son ex petit-ami Vlad Oltean (1,4 et 1,2 million d’abonnés à l’époque sur Instagram), comme on vous l’expliquait en avril 2019. Des stars de télé-réalité en font aussi régulièrement la promotion, comme ici Jessica Thivenin.

Ci-dessous, une autre personnalité du monde de la télé-réalité, Thomas Vergara, se prête au jeu :

Des micro-entreprises dans des quartiers résidentiels

Le journaliste Romain Heuillard a également repéré sur Instagram un compte de 80 000 abonnés environ : @AlphaDelta06. Passionné d’automobile, vidéaste (127 000 abonnés sur YouTube) et streameur, il gère un site internet, sur lequel il vend, avec un associé, des produits dérivés, comme des t-shirts ou des stickers.

Lui et son collègue, un autre influenceur nommé Akram, ont récemment fait la promotion d’un site nommé Revo Technologies, qui propose des écouteurs semblables à des AirPods, mais en noir. L’influenceur ne s’attarde pas vraiment sur le produit. «  Voilà à quoi ils ressemblent, regardez comment c’est beau, dit-il lors d’un trajet en voiture. J’ai [un code promo de] – 30 %, business first ». Il ne parle pas de la qualité du produit et ne les compare pas à des AirPods.

Sur le site, le vendeur marque aussi bien, au premier abord, la différence. Il est écrit en bas des fiches de description des produits : «  ATTENTION, les écouteurs Revo ne sont pas des AirPods de la marque Apple, mais des écouteurs sans fil de la marque Revo ».

L’INPI (Institut national de la propriété industrielle) définit la contrefaçon comme étant « la reproduction, l’imitation ou l’utilisation totale ou partielle d’un droit de propriété intellectuelle sans l’autorisation de son propriétaire. » Or Apple a déposé le design de la boîte qui permet de recharger les AirPods ainsi que les écouteurs en eux-mêmes.

La définition donnée par l’INPI. // Source : INPI

3 ans de recherche et développement, ou Aliexpress ?

Le créateur du site, un dénommé Mathieu C. d’après nos recherches, n’ignore pas la ressemblance. En fouillant dans la partie « notre histoire » de son site, il écrit d’ailleurs : « Après plusieurs années de recherche et développement, nos derniers modèles d’écouteurs ont enfin vu le jour. S’inspirant du design soigné et élégant des AirPods d’Apple Inc, Revo vous propose désormais l’inaccessible à un prix défiant toute concurrence ».

Cet entrepreneur avait-il les moyens de financer des années de recherche et développement ? Rien n’est moins sûr. Il n’est propriétaire que d’une micro-entreprise, basée à Colomiers. Une telle société n’a pas le droit, selon la loi, de générer plus de 170 000 euros de chiffre d’affaires annuel, ce qui paraît léger pour financer des années de recherche. L’adresse postale du siège ne correspond à aucune grande société : il s’agit d’un simple pavillon, dans un quartier résidentiel. Enfin, il écrit que l’entreprise a trois ans d’ancienneté mais elle n’a pourtant été enregistrée au registre du commerce qu’en mars 2018, comme « entreprise de vente à distance ». Contacté, il n’a pour le moment pas répondu à nos questions.

En fait, il suffit d’une simple recherche sur Google images permet de comprendre que l’entreprise se fournirait sur des sites tiers. Plusieurs d’entre eux proposent exactement les mêmes visuels. Voici celui du site de Revo :

La page de Revo. // Source : Revo Technologies

Des dizaines d’autres sites proposent exactement le même produit, avec les mêmes éléments de détails comme la bague argentée sur le bas, la pochette noir mat et l’écriture distinguant l’écouteur de gauche de l’écouteur de droite :

Après une recherche Google. // Source : Capture d’écran Google / Numerama

On les retrouve sur plusieurs sites de grossistes à l’étranger, comme le géant Aliexpress, filiale d’Alibaba, ici à 12 euros.

Sur le site d’Aliexpress. // Source : Capture d’écran Aliexpress / Numerama

Les autres sites qui revendent ces écouteurs pratiquent des tarifs bien supérieurs à 12 euros, toujours en laissant croire à l’internaute qu’il bénéficie d’une promotion exceptionnelle. Prix en baisse, livraison gratuite jusqu’à minuit seulement, offre limitée, offre de lancement… Tout est bon pour laisser croire à une aubaine. Sur le site blckpods, ils sont en ce moment à 47 euros (100 euros environ hors « promotion »).

Les mêmes écouteurs sont vendus sur plusieurs sites. // Source : Capture d’écran blckpods / Numerama

Le fait d’acheter un produit sur un site comme Aliexpress et le revendre 2, 3 ou 10 fois son prix s’appelle le dropshipping. Cette pratique est tout à fait légale, en soi, bien qu’assez critiquée. En revanche, vendre de la contrefaçon ou faire de la publicité mensongère sur les caractéristiques d’un produit est passible de poursuites.

Or chaque site, pour se démarquer de ses concurrents, use de techniques de communication douteuses. HiCharge, qui est d’après nos recherches basée à Lorient, en France, présente certains coloris comme étant une exclusivité réservée à son site. Ils ne seraient disponibles nulle part ailleurs.

Sur le site HiCharge // Source : Capture d’écran HiCharge / Numerama

On les trouve pourtant sur des dizaines d’autres sites, dont les concurrents Blck Pods.

Les avis semblent aussi truqués. On retrouve les mêmes photos sur différents sites de vente d’écouteurs.

Des images trouvées sur HiCharge et les mêmes images, sur d’autres sites de vente. // Source : Captures d’écran Numerama

Que risque-t-on ?

En tant que client, vous risquez gros si vous passez par certains sites. Beaucoup d’entre eux ne contiennent aucune mention légale, pourtant obligatoires. Cela signifie que l’on ignore qui est derrière ces sites. En cas de litige, vous risquez de vous retrouver seul face à vous-mêmes, surtout si le site ferme abruptement. Le site Blck Pods par exemple, qui revendique avoir ses propres entrepôts en Chine et aux États-Unis (alors que l’on trouve les produits qu’il vend sur des sites de grossistes), n’indique nulle part qui se cache derrière le site. Il ne présente aucun numéro permettant d’identifier la société ou son ou ses propriétaires. Il est aussi impossible de savoir où elle est basée. Contactés, les propriétaires du site ne sont pas encore revenus vers nous.

D’autres sites comme Liberty-Play, vanté par des stars de télé-réalité, sont basés aux Émirats arabes unis. Il sera difficile en cas de pépin (produit non-conforme ou non-reçu, etc) de faire valoir vos droits.

Des influenceurs font régulièrement la promotion de ce genre de sites. Il y a quelques mois, on vous racontait les dessous de ce business obscur, qui peut rapporter gros. Les agences ou les influenceurs ne prennent pas toujours le temps de vérifier si le site qu’ils promeuvent respecte bien la loi. Le vidéaste AlphaDelta06 nous a indiqué par mail avoir été approché par mail. Il a « vérifié la qualité du produit en le testant une semaine avant de publier une story ». Il nous assure l’avoir trouvé « de bonne facture pour une trentaine d’euros ». Concernant la personne qui est derrière le site, il avoue avoir eu un peu peur au premier abord. Mais parce qu’il a son numéro de téléphone, il estime pouvoir faire pression sur lui en cas de pépin. Il assure avoir eu de bons retours de ses abonnés.

Pour ne pas vous faire avoir, nous vous recommandons toujours de commander la marque officielle. N’hésitez pas aussi à vous référer à notre guide pour distinguer les vrais des faux. Même à 50 euros, les faux sont souvent de piètre qualité et ne possèdent pas les atouts des vrais écouteurs d’Apple.

Crédit photo de la une : Montage Numerama

Partager sur les réseaux sociaux