Red travaille déjà sur un Hydrogen Two. Pourtant, le premier fut une catastrophe technologique.

Red a de la suite dans les idées. Reconnu pour ses caméras professionnelles de grande qualité, le constructeur a quelque peu écorné son image avec l’Hydrogen One, son smartphone holographique révolutionnaire qui n’a convaincu personne. Mais cela ne va pas tuer les ambitions de Jim Jannard. Le fondateur a annoncé le 23 juillet 2019 que son entreprise travaillait sur un… Hydrogen Two.

Il devrait donc y avoir un successeur au téléphone catastrophique, dont le lancement fut chaotique (et qui n’a pas répondu à toutes les promesses, notamment en termes de modularité). Convaincu de pouvoir rectifier le tir, Jim Jannard estime même que Hydrogen est « le projet le plus réjouissant sur lequel il n’a jamais travaillé ». Soit. 

Red Hydrogen One Ti // Source : Red

L’échec de la génération 1 attribué au fabricant

En tout cas, Red a bien du mal à assumer l’échec technologique de l’Hydrogen One. Il préfère l’attribuer au fabricant chinois qui était chargé de l’assembler. Le partenaire se serait montré incapable de répondre aux exigences du produit et de réparer les problèmes rencontrés. Pour l’Hydrogen Two, Red fera toujours appel à l’extérieur pour la production, mais le constructeur a changé d’industriel. S’il s’est effectivement mieux entouré cette fois, la presse aura tout intérêt à laisser sa chance au smartphone, même si la confiance n’est plus là. Même en sachant que Red part presque d’une feuille blanche pour un smartphone qui devrait « dépasser les attentes ».

Red n’a pas abandonné non plus le module caméra attendu de longue date sur l’Hydrogen One. Il sera compatible avec les deux générations et bien plus évolué que celui prévu à l’origine. Jim Jannard promet une qualité cinéma.

Un geste commercial devrait par ailleurs être observé pour celles et ceux qui ont essuyé les plâtres. « Tous les propriétaires d’un Hydrogen One recevront un traitement préférentiel pour l’Hydrogen Two et/ou le module caméra, aussi bien pour la livraison que le prix », promet l’intéressé. On n’est pas certain que les concernés souhaitent revivre la coûteuse aventure.

Partager sur les réseaux sociaux