Apple reconnaît que quelques claviers papillon de troisième génération ont aussi des soucis. Moins qu'avant, certes, mais des soucis tout de même.

Le clavier papillon était définitivement une idée à doubles tranchants. D’un côté, la troisième génération de ce format débuté par Apple avec les MacBook de première génération est incroyablement confortable et silencieuse. De l’autre, le fonctionnement même des touches, reposant sur de petits leviers en plastique fragiles, amène de gros problèmes de durabilité. Depuis les derniers MacBook Pro et MacBook Air, Apple a trouvé une solution au problème en plaçant une membrane en plastique sous le clavier qui empêche les poussières de dérégler le mécanisme. Mais malheureusement, même cette technique n’est pas infaillible et certains claviers papillon de troisième génération peuvent casser.

Dans un édito pour le Wall Street Journal, la journaliste Joanna Stern a pris le parti de dénoncer ce problème en enlevant de son texte les touches E et R, qui ne fonctionnent plus sur son ordinateur. Un souci rencontré et dénoncé aussi bien par des journalistes que par des experts des nouvelles technologies. Le MacBook Pro équipé d’un clavier de première génération et qui sert à écrire ces paragraphes a connu ces soucis. Heureusement, son clavier a été remplacé gratuitement par Apple dans le cadre d’un programme de retour. Le clavier de deuxième génération installé montre déjà des signes de faiblesse sur certaines touches.

MacBook Pro, détail du clavier // Source : Gwénaëlle Hamon pour Numerama

Ces dénonciations à répétition sur des outils réservés aux professionnels et qui se placent parmi les meilleurs du marché actuel ont fait réagir Apple, qui reconnaît le souci — même sur les claviers de troisième génération. « Nous sommes conscients qu’un petit nombre d’utilisateurs a des soucis avec les claviers papillon de troisième génération et nous en sommes désolés. La majorité des utilisateurs d’ordinateurs portables Apple ont une expérience très positive avec le nouveau clavier  ».

Et si l’on ne doute pas, après les avoir testés, que les claviers de troisième génération sont à la fois plus fiables, plus confortables et plus durables que ceux des générations précédentes, Apple confirme par cette déclaration que des utilisateurs continuent d’avoir des soucis. Plus rares, certes, mais des soucis tout de même.

Verra-t-on un nouveau type de clavier dans les prochaines machines d’Apple ? Ce serait peut-être le bon moment.

Partager sur les réseaux sociaux