Qualcomm veut faire bloquer la vente de certains iPhone en Chine. Un tribunal a validé une ordonnance provisoire, contestée par Apple.

Mise à jour du 14 décembre 2018 :

Dans les colonnes de Reuters, Apple a annoncé qu’il déploiera une mise à jour en début de semaine prochaine. Il précise : « Concernant les modèles d’iPhone que nous vendons actuellement en Chine, nous pensons être en conformité. Mais, en début de semaine prochain, nous allons proposer une mise à jour pour les fonctionnalités mineures qui posent problème dans cette affaire ». 

Article original du 10 décembre 2018 :

À l’approche des fêtes de Noël, Apple et Qualcomm ne sont pas décidés à se faire de cadeaux. Selon les informations de CNBC publiées le 10 décembre 2018, Qualcomm a obtenu, de la part d’un tribunal, une ordonnance provisoire portant sur l’interdiction de l’importation et la vente d’iPhone en Chine (pour les modèles allant du 6s au X). Il y aurait une histoire de brevets violés.

Apple n’a pas tardé à réagir, indiquant : « Les efforts de Qualcomm pour bannir nos produits est l’acte une nouvelle fois désespérée d’une entreprise dont les pratiques illégales sont sous investigation dans le monde entier. Tous les modèles d’iPhone restent disponibles pour nos utilisateurs chinois. Qualcomm brandit trois brevets qui n’ont jamais été évoqués auparavant, dont un qui a déjà été invalidé ». 

iPhone X // Source : Apple

Le divorce est consommé

Les brevets en question porteraient sur deux technologies : l’une permet d’ajuster et de redimensionner des photos, l’autre de naviguer entre plusieurs applications sur un écran tactile.«  Apple continue de profiter de notre propriété intellectuelle tout en refusant de nous indemniser », clame Don Rosenberg, l’avocat de Qualcomm. Pour sa défense, Apple précise que les téléphones qui tournent sous iOS 12 ne sont pas concernés.

Une chose est désormais sûre et certaine : le divorce semble consommé entre Apple et Qualcomm, qui se sont déjà battus devant la justice au sujet de la propriété intellectuelle. En novembre 2017, la firme de Cupertino avait par exemple été accusée d’avoir partagé des secrets industriels avec Intel, grand concurrent de Qualcomm sur les processeurs. Quelques mois auparavant,  la commission du commerce international examinait une plainte de Qualcomm à propos d’une violation de brevets liée… à l’iPhone.

Dans la course à la puissance mobile, Apple a récemment pris le devant avec ses puces A12 Bionic. De quoi faire peur à son rival, déjà inquiété par les efforts chinois ? Peut-être.

Partager sur les réseaux sociaux